François Villon - Épitaphe (Spanish translation)

French (Middle French)

Épitaphe

 
CLXXVIII
 
Ci gît et dort en ce solier, (1)
qu'amour occit de son raillon, (2)
un pauvre petit écolier
qui fut nommé françois villon.
Oncques de terre n'eut sillon.
Il donna tout, chacun le sait :
table, tréteaux, pain, corbillon.
Pour dieu, dites-en ce verset :
 
Verset (ou rondeau)
 
Repos éternel donne à cil,
Sire, et clarté perpétuelle,
Qui vaillant plat ni écuelle
N'eut oncques, n'un brin de persil.
Il fut rés, chef, barbe et sourcils, (3)
Comme un navet qu'on ret (4) ou pèle.
Repos éternel donne à cil.
 
Rigueur le transmit en exil
Et lui frappa au cul la pelle,
Nonobstant qu'il dît : « J'en appelle ! »
Qui n'est pas terme trop subtil.
Repos éternel donne à cil.
 
Submitted by Guernes on Mon, 31/10/2016 - 17:06
Last edited by Guernes on Tue, 01/11/2016 - 19:52
Submitter's comments:

(1) chambre haute
(2) trait
(3) rasé
(4) rase
.
Tout en majuscules : c'est une épitaphe.
Respect du texte = respect aux morts
01.11.2016

Align paragraphs
Spanish translation

Epitafio

Versions: #1#2
CLXXVIII
 
Aquí yace y duerme en alto
Aquél a quien Amor mató con su flecha,
Un pobre estudiante
Que se llamó François Villon.
Jamás de tierras tuvo un surco,
Todo lo dio, como es sabido :
Mesa y caballetes, pan y cesto.
En nombre de Dios, recitad por él este versículo :
 
Versículo
 
Concede, Señor, el reposo
Eterno y la perpetua luz,
A quien ni lo que vale un plato o escudilla
Tuvo jamás, ni una brizna de perejil.
Cabeza, barba y cejas le raparon
Como se monda un nabo.
Concédele el reposo eterno,
[Señor, y la perpetua luz.]
 
El rigor de la Ley lo tuvo preso
Y con la pala lo marcó en el culo,
A pesar que dijera : « ¡ Yo apelo ! »,
Que no es vocablo muy sutil.
Concédele el reposo eterno,
[Señor, y la perpetua luz.]
 
Submitted by Guernes on Tue, 29/11/2016 - 21:04
Author's comments:

Traducción - José María Álvarez

Comments