Arthur Rimbaud - Illuminations – 01 – Après le déluge

French

Illuminations – 01 – Après le déluge

Aussitôt après que l'idée du Déluge se fut rassise,
 
Un lièvre s'arrêta dans les sainfoins et les clochettes mouvantes et dit sa prière à l'arc-en-ciel à travers la toile de l'araignée.
 
Oh ! les pierres précieuses qui se cachaient, — les fleurs qui regardaient déjà.
 
Dans la grande rue sale les étals se dressèrent, et l'on tira les barques vers la mer étagée là-haut comme sur les gravures.
 
Le sang coula, chez Barbe-Bleue, — aux abattoirs, — dans les cirques, où le sceau de Dieu blêmit les fenêtres. Le sang et le lait coulèrent.
 
Les castors bâtirent. Les « mazagrans » fumèrent dans les estaminets.
 
Dans la grande maison de vitres encore ruisselante les enfants en deuil regardèrent les merveilleuses images.
 
Une porte claqua, — et sur la place du hameau, l'enfant tourna ses bras, compris des girouettes et des coqs des clochers de partout, sous l'éclatante giboulée.
 
Madame*** établit un piano dans les Alpes. La messe et les premières communions se célébrèrent aux cent mille autels de la cathédrale.
 
Les caravanes partirent. Et le Splendide-Hôtel fut bâti dans le chaos de glaces et de nuit du pôle.
 
Depuis lors, la Lune entendit les chacals piaulant par les déserts de thym, — et les églogues en sabots grognant dans le verger. Puis, dans la futaie violette, bourgeonnante, Eucharis me dit que c'était le printemps.
 
— Sourds, étang, — Ecume, roule sur le pont, et par-dessus les bois ; — draps noirs et orgues, — éclairs et tonnerre, — montez et roulez ; — Eaux et tristesses, montez et relevez les Déluges.
 
Car depuis qu'ils se sont dissipés, — oh ! les pierres précieuses s'enfouissant, et les fleurs ouvertes ! — c'est un ennui ! et la Reine, la Sorcière qui allume sa braise dans le pot de terre,ne voudra jamais nous raconter ce qu'elle sait, et que nous ignorons.
 
Submitted by Guernes on Tue, 20/10/2015 - 19:01
Last edited by Guernes on Sat, 11/11/2017 - 12:30
Submitter's comments:

Autographe. BNF (Bibliothèque Nationale de France).
.
Poèmes remis à Stuttgart.
Feuillet 1.
.
En tête du premier alinéa, le mot "après" ("Aussitôt après ..."), ajouté en surcharge par Rimbaud sur le manuscrit, a été barré au crayon. Probablement par une main étrangère. PB le trouve disgracieux et le supprime, AG et LF le maintiennent.
.
http://www.cnrtl.fr/definition/mazagran (def. A. vieilli)
.
.
SUIVANT: http://lyricstranslate.com/fr/arthur-rimbaud-illuminations-%E2%80%93-02-...

Thanks!

 

Comments