Bigflo et Oli - Le rap avant la tempête #2

French

Le rap avant la tempête #2

[Intro : Oli]
Bigflo et Oli
Un freestyle de plus, ou p't-être plus qu'un freestyle
L'album arrive, l'album arrive
 
[Couplet 1 : Oli]
Eh yo, est-ce que quelqu'un m'écoute ? Tant pis, d't'façons
J'rime dans le vide, passons, j'écris des p'tites chansons
Si Dieu existe, Dieu merci, j'respire
Et j'aspire à un avenir, fils, face aux filles, j'reste clean
Même si beaucoup parlent, ici, peu agissent
Nous abrutissent de toutes parts, rêvent qu'on s'assagisse
Est-ce que c'est ça, la vie ? Chercher c'qu'il y a après ?
Armé, j'profite en cas où elle m'échapperait
Avant la fin du match, j'suis couché sur l'tatami
J'fais pas grand chose pour voir mes amis, m'éloignant d'ma famille
Au ralenti, naviguant dans ma vie, qu'est ce qu'il m'arrive ? Le chant m'ravit
Ma rime grandissante, ma lime hante mes nuits
Et j'm'imagine dans dix ans, quelle panique quand j'y pense
J'sais même plus si j'mens quand j'm'exprime gentiment
Esprit en ciment, enivrant, comptant sur la chance
D'un adolescent chiant et souffrant en silence
J'ai d'la bouteille dans mes vers, mon frère un talent fou
J'suis galant, pour moi, c'est la musique avant tout
Voir des pauvres types abrutir nos petits frères, c'est rageant
Bientôt, j'tenterai l'concours pour rentrer dans l'école du micro d'argent
J'me dévoile et j'me rhabille, j'bouge
Un attentat dans une maternité, c'est pas un Baby-boom
C'est pas demain qu'y'aura plus d'guerre, j'imagine bien
Ils ont caché la colombe de la paix dans l'chapeau d'un magicien
J'ai peur du noir, j'sais pas m'battre mais ça m'gène pas
Dans l'feu d'l'action, j'entends des voix, un peu comme Jeanne d'Arc
J'm'acharne car je l'aime fort et jamais j'abandonne, le rap est mort
Mais j'crois aux fantômes
Mon art, l'essence de mon âme, néo-Léonard
Renaissance, une nouvelle arme, fléau contre tous ces connards
Bigflo, c'est Oli, Oli, c'est Bigflo : c'est pas un groupe mais un solo
J'remplis mes vers de larmes mais les gens n'y voient que de l'eau
La vie est un looping, fais gaffe à la descente, aujourd'hui
J'suis à Brooklyn, demain, j'serai seul dans ma chambre
Le poids des mots est puissant, sois prudent, tu serais sympa
Il n'y a qu'un "pas" entre "je t'aime" et "je t'aime pas"
J'ai tout mis dans mes textes, délaissant mes biceps
Ça s'bouscule dans ma tête depuis quatre-vingt-dix-sept
Alors c'est vrai qu'on s'couche tard et qu'on enchaîne
Le rap, c'est comme la moutarde, moi, j'l'aime à l'ancienne
Le vent tourne, grâce à vous, on va voler ensemble
À ma naissance, j'ai compris qu'ma mère en avait dans l'ventre
Apprenti dans l'rap, c'est ici qu'j'ai fait mes classes
Semi autiste, frère d'E.T, j'rêvais d'laisser une trace. Oli
 
[Pont : Bigflo]
Bigflo ! C'est mon tour, ok
En direct de New York. Ok
 
[Couplet 2 : Bigflo]
C'est bizarre, y'a du Léonard dans mes rimes
Donc si j'te parle d'une fille, j'parle de Mona Lisa
C'est mon analyse, j'suis un chameau dans un blizzard
J'rêve de l'autre coté du miroir
J'suis dingue, faut qu'je freine
Pourquoi j'te parle de tout ça ? Toi t'as déjà tes problèmes
Tu veux qu'j'te fasse rêver ? Tu veux qu'j'te fasse envie ?
Que j'parle de flingue et de blé mais j'peux pas t'mentir
Non, moi, c'est Bigflo, rappeur, j'habite sur la Lune
Hip-Hop, valeurs, gravés sur la plume
Moi, j'rappe depuis tout p'tit, il m'a tout pris, c'est pas du tout cuit
Un jour, tu m'aimes, un jour, tu m'oublies
J'rappe, ouais, j'rappe pour mes frères
Souvent j'craque à cause du trac, j'peux pas m'en défaire
J'suis vraiment déter', faut pas que j'me rate
Ma bulle, je l'éclate et je demande de l'air
Un air de Baudelaire, j'suis ce nouveau poète
Ma sœur est une comète, fils de l'étoile polaire
Si tu m'attaques, poto, fais pas l'con
Ces mecs sont plus baraques, mais c'est moi le patron
Et j'n'accepte pas le pardon ; tu restes, nous partons
J'balaye les confettis d'une amitié en carton
Laisse tomber les muscles, le plus fort, c'est l'esprit
Les filles des magazines ne sont pas celles qu'on estime
Entouré d'rappeurs aux morales en plastique
J'ai sauté dans l'vide, ils ont coupé l'élastique
Et je glisse doucement en pensant à tous ces gens qu'j'aime
Ils ont coupé l'élastique, mais j'rebondis quand même
Plus on essaye de courir et plus la vie nous rattrape
J'ai plus souvent pensé à mourir qu'à arrêter le rap
Donc j'inspecte la musique et suis ses lois
J'ai rêvé d'être à New York mais je crois qu'j'suis mieux chez moi
Ma ville, je l'aime, c'est fou comme elle est belle
On vient d'une ville pas très connue donc on sera plus connus qu'elle
J'ai pensé à ceux qui sont partis et qui nous manquaient tant
Alors j'ai cassé ma montre, j'ai pas pu arrêter l'temps
S'ils savaient ce que c'est la vie dure, il n'ont pas l'habitude
Les rêves de princesses noyés dans de l'huile de friture
Parce qu’il faut bien remplir le frigo, amigo
On nous jettera des fleurs quand ils fermeront le rideau
Le prince est dans la salle, élancé dans son art
Écartez tout, évadez-vous, visitons l'au-delà
Si vous êtes prêt, faites-nous un signe
Vous comprendrez si vous savez lire entre les lignes
Et, toi, tu t'en tapes, mais pourquoi j'te parle ?
Il faut qu'j'me calme, ouais, c'est vrai, des fois, j'm'emballe
De toutes façons, cette histoire, ça va finir mal
Le rap : soit ça marche, soit j'me tire une balle
 
[Outro : Bigflo et Oli]
L'album arrive, l'album arrive
L'album arrive, l'album arrive et ça vous concerne
L'album arrive, l'album arrive, on s'croise en concert
 
Submitted by La Fille avec le Visage on Thu, 07/12/2017 - 02:27
Last edited by Joutsenpoika on Thu, 07/12/2017 - 07:50
Thanks!

 

Idioms from "Le rap avant la tempête #2"
Comments