Banlieue sous le foehn (Duu34 - Vorstadt im Föhn)

French translation

Banlieue sous le foehn

Le soir laisse l’endroit brun et désolé,
L’air est traversé de puanteurs horribles.
Grondement du train sous les arches du pont –
Vol de moineaux sur les buissons et les haies.
 
Hutte blottie au fond, sentiers dispersés,
Confusions et mouvements dans les jardins,
Enfle parfois les sourds remuements d’un pleur,
Rouge parmi les enfants vole une robe.
 
Amoureux siffle aux ordures, un chœur de rats.
Des femmes portent des paniers de viscères,
Répugnant cortège de crasse et de gale
Qui arrive – sortant de l’obscurité.
 
Un égout vomit soudain un sang visqueux
Depuis l’abattoir jusqu’au fleuve assouvi.
Là, des foehns jaunissent de maigres plantes,
Et la rougeur lente des eaux se répand.
 
Un chuchotis, trouble sommeil qui se noie.
Des choses voltigent au-dessus des rigoles,
Souvenirs peut-être d’une vie ancienne,
Dans des souffles chauds qui montent, et qui s’affaissent.
 
Nées des nuages, des allées scintillantes
Remplis de beaux chars, d’audacieux cavaliers.
Et l’on voit encore un bateau qui s’échoue,
Des mosquées aussi parfois, couleur de roses.
 
Submitted by Guernes on Tue, 20/12/2016 - 20:22
Author's comments:

® Christian Guernes

German

Duu34 - Vorstadt im Föhn

Am Abend liegt die Stätte öd und braun,
Die Luft von gräulichem Gestank durchzogen.
Das Donnern eines Zugs vom Brückenbogen --
Und Spatzen flattern über Busch und Zaun.
 
Geduckte Hütten, Pfade wirr verstreut,
In Gärten Durcheinander und Bewegung,
Bisweilen schwillt Geheul aus dumpfer Regung,
 

More

Comments