Psaume (Duu38 - Psalm)

French translation

Psaume

Versions: #1#2
à Karl Kraus
 
. . Il y a une lumière que le vent a éteinte.
. . Il y a dans l’après-midi sur la lande une auberge d’où sort un ivrogne.
. . Il y a le coteau noir et brûlé d’une vigne avec des trous pleins d’araignées.
. . Il y a une salle qu’ils ont badigeonnée avec du lait.
. . Le forcené a cessé de vivre. Il y a une île des mers du Sud
. . Pour accueillir le dieu Soleil. On a battu le tambour.
. . Les hommes s’entraînent à leur danse guerrière.
. . Les femmes se déhanchent parmi les lianes, et les fleurs de feu
. . Quand la mer chante. Ô notre paradis perdu.
 
. . Les nymphes ont délaissé les forêts d’or.
. . On enterre l’étranger. Et puis tombe une pluie d’étincelles.
. . Paraît le fils de Pan sous l’aspect d’un terrassier
. . Qui, à midi s’endort, sous les brûlures de l’asphalte.
. . Ce sont des fillettes dans une cour ; leurs petites robes sont d’une pauvreté à fendre l’âme !
. . Ce sont des chambres emplies d’accords et de sonates
. . Ce sont des ombres qui, devant un miroir aveugle, s’embrassent.
. . Aux fenêtres de l’hôpital des convalescents qui se réchauffent.
. . Blanc sur le canal, un bateau à vapeur rapporte des épidémies sanglantes.
 
. . La sœur étrangère de nouveau paraît dans les mauvais rêves de quelqu’un.
. . Reposant dans le buisson de noisetiers elle joue avec ses étoiles.
. . L’étudiant, son double peut-être, la regarde longuement de sa fenêtre.
. . Derrière lui se tient son frère mort, ou bien il descend la spirale du vieil escalier.
. . Dans l’obscurité brune des marronniers s’estompe la forme du jeune novice.
. . Le jardin est dans le soir. Alentour dans le cloître volettent les chauve-souris.
. . Les enfants du concierge arrêtent leurs jeux et cherche l’or du ciel.
. . Air final pour un quatuor. La petite aveugle court en tremblant dans l’allée.
. . Et plus tard son ombre tâtonne au long des murs froids, entourée de contes et de saintes légendes.
 
. . Il y a un bateau vide qui dans la soirée descend le canal noir.
. . Dans les recoins sombres du vieil asile convulsent des ruines humaines.
. . Les orphelines mortes sont couchées près du mur du jardin.
. . Des chambres grises sortent des anges, les ailes couvertes d’excréments ;
. . Des vers gouttent de leurs paupières jaunies.
. . La place de l’église est sombre et taciturne, comme aux jours de l’enfance.
. . Sur des semelles d’argent glisse et passe la vie
. . Et les ombres des damnés montent soupirantes des basses eaux.
. . Dans sa tombe le magicien blanc joue avec ses serpents.
 
. . Silencieux au-dessus de l’ossuaire, s’ouvrent les yeux d’or de Dieu.
 
Submitted by Guernes on Fri, 30/12/2016 - 13:00
Author's comments:

© Christian Guernes

German

Duu38 - Psalm

Karl Kraus zugeeignet
 
. . Es ist ein Licht, das der Wind ausgelöscht hat.
. . Es ist ein Heidekrug, den am Nachmittag ein Betrunkener verläßt.
. . Es ist ein Weinberg, verbrannt und schwarz mit Löchern voll Spinnen.
. . Es ist ein Raum, den sie mit Milch getüncht haben.
. . Der Wahnsinnige ist gestorben. Es ist eine Insel der Südsee,
. . Den Sonnengott zu empfangen. Man rührt die Trommeln.
 

More

More translations of "Duu38 - Psalm"
German → French - Guernes
Comments