Rafael Alberti - A galopar (French translation)

Spanish

A galopar

Las tierras, las tierras, las tierras de España,
las grandes, las solas, desiertas llanuras.
Galopa, caballo cuatralbo,
jinete del pueblo,
al sol y a la luna.
 
¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar!
 
A corazón suenan, resuenan, resuenan
las tierras de España, en las herraduras.
Galopa, jinete del pueblo,
caballo cuatralbo,
caballo de espuma.
 
¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar!
 
Nadie, nadie, nadie, que enfrente no hay nadie;
que es nadie la muerte si va en tu montura.
Galopa, caballo cuatralbo,
jinete del pueblo,
que la tierra es tuya.
 
¡A galopar,
a galopar,
hasta enterrarlos en el mar!
 
Submitted by Valeriu Raut on Sun, 06/04/2014 - 07:22
Submitter's comments:

Este concierto tuvo lugar en Madrid, en 1991.

El poeta Rafael Alberti tenía entonces 89 años.

Align paragraphs
French translation

La chevauchée

Les terres, les terres, les terres d’Espagne,
Les grandes plaines, désertes et solitaires.
Galope, cheval aux quatre hermines1,
Cavalier du peuple
Du soleil et de la lune.
 
Ah ! Galoper,
Chevaucher
Jusqu’à les enterrer dans la mer !
 
Bat mon cœur sur les terres d’Espagne, quand
Résonnent et résonnent les fers des chevaux.
Galope, cavalier du peuple,
Cheval aux quatre hermines,
Cheval d’écume.
 
Ah ! Galoper,
Chevaucher
Jusqu’à les enterrer dans la mer !
 
Personne, personne, devant il n’y a personne ;
Car la mort n’est rien quand tu chevauches ta monture.
Galope, cheval aux quatre hermines,
Cavalier du peuple,
Cette terre est la tienne.
 
Ah ! Galoper,
Chevaucher
Jusqu’à les enterrer dans la mer !
 
  • 1. la traduction française exacte de cuatralbo est balzan
© Christian Guernes
Submitted by Guernes on Sun, 03/12/2017 - 21:06
Last edited by Guernes on Tue, 05/12/2017 - 16:39
Author's comments:

© Christian Guernes

More translations of "A galopar"
English Guest
FrenchGuernes
See also
Comments
Sarasvati    Mon, 04/12/2017 - 09:42

hasta enterrarlos en el mar! ..>Jusqu’à s’enterrer dans la mer !...Est ce volontaire ?
Jusqu'à les enterrer dans la mer

Volontaire?
A corazón suenan, resuenan, resuenan Sonnent sur les terres d’Espagne, sonnent
las tierras de España, en las herraduras. Et résonnent les fers des chevaux.
Tel un coeur, battent et résonnent,résonnent les terres d'Espagne,sur les fers des chevaux
Enfin,cette chanson est magnifique et son interpretation sublime.Merci

Guernes    Mon, 04/12/2017 - 18:40

J'ai conclu cette traduction, un peu vite.

  • J'avais bien vu le enterrar(los) sans bien comprendre à qui ou quoi il pouvait se référer. Toutefois, si l'on écrit "Chevaucher jusqu'à les enterrer avec la mer", cela prend un autre sens et rappelle l'expression espagnol (qui n'existe pas en français)

"contigo, o con tal o tales personas, me entierren" i.e. "Para dar a entender que alguien es del mismo gusto, genio o dictamen de la persona o personas a quienes se dirige o alude."

  • quant à la répétition suenan, resuenan, resuenan (magnifique en espagnol, cela ne collait en français - J'ai fini par trouver une expression à peu près satisfaisante... mais en oubliant le coeur ! 

En espérant que vous apprécierez cette nouvelle version. Un grand merci pour vos remarques.
 

Sarasvati    Mon, 04/12/2017 - 21:05

Bravo ,pour une traduction ,un peu vite c'est plutôt,réussit.Je tire mon chapeau
Je reste néanmoins dubidative et je pense faire un peu plus de recherches pour mieux comprendre.
Traduire Alberti n'est pas une mince affaire .
Néanmoins,j'ai déja jeté un petit coup d'oeil.
Donc le contexte est la guerre civile.Les jinetes représenteraient le peuple..l'image "enterar ...avec la mer"est tout à fait interessante bien que j'ai du mal a l'assimiler.Question d'habitude de formulation certainement dans la mesure où je ne connais pas l'expression espagnole

"Bat mon coeur.."c'est super comme idée mais là j'ai un sentiment étrange.Pourquoi:
Dans la chanson "a corazon suenan"...finalement on peut comprendre peut être de deux manières
-Bat mon coeur,.....oui,pour moi représente cet amour de la terre d'espagne
ou,le coeur du peuple espagnol vivant qui va vers la mer pour y mourir.
Las heraduras seraient la marche des Espagnols.Je ne sais pas

Un autre point c'est le cheval au quatre hermines...
Ici c'est un cheval balsan. les quatre hermines seraient les taches des pattes inferieurs...belle image.

Guernes    Tue, 05/12/2017 - 16:51

Connaissant un peu mieux le contexte de ce poème, je rectifie :

  • "Jusqu'à les enterrer dans la mer"
  • "Bat mon coeur", lui, convient, avec le sens que vous lui donnait
  • Je conserve aussi "quatre hermines" qui me parait plus approprié que "balzan". En héraldique, l'hermine est l'une des deux fourrures du blason ; au figuré, elle est symbole d'innocence et de pureté.