Censorship for the Scaffold

French

La censure pour l'échafaud

À l'affût des fumisteries, de mes funestes et fumeuses affinités avec les régimes honnis
J'affûte mes flûtes et réfute le « vous fûtes ceci »
Me méfie des « vous fites fi des juifs pis des fifs ici
De tout ce qui s'différencie
Que s'il eut fallu qu'il y eut des fours ici
Vous en auriez fait, pour sûr, du poulet frit
En fait, vous êtes, tous autant que vous êtes, ici, des fous
Des groupies de l'abbé Groulx pis de Jean-Louis Roux... »
Si on les écoute, y
Faut autodafer tout ce qui nous fait honte à leurs yeux de pontifes
Qui réclament sacrifice, sur un autel apocryphe
L'holocauste de nos désirs travestis en vices
En tares, en atavismes
Y veulent voir notre passé brûler vif
Tuer dans l'œuf l'avenir qui s'y niche
J'vérifie, j'lis pis j'trouve que j'ai l'dos large en estifi
On nous mystifie
À la fin des années folles, l'hystérie fut fort bien répartie, merci
Mais qui m'a dit qu'ignorance et amnésie donnent carte blanche à toute hypocrisie ?
Ainsi, si Céline est antisémite pis qu'icitte on est franco
Ipso facto on se mérite le titre d'ostie de fachos
Tout ça m'irrite, surtout qu'on oublie vite qu'en Ontario
Les plages un jour furent interdites aux Juifs, aux chiens, pis aux négros
Dans l'ordre, pis texto
Si j'le dis, c'est que je suis moi-même un nègre mais blanchi à la chaux
Tandis que McGill les contingentait au bachot
On faisait du textile avec les cheveux des juifs à Dachau
Un matériau, comme les arbres de la Daishowa
C'est ça la Shoa, chose, so watch out avec les mots
Tu me laisses pas d'autre choix, toi
Que d'envoyer la censure pour l'échafaud

Histoire d'horreur, mémoire poreuse
Nous n'osons même plus nous nommer nous-même, nous nous nions
Mais moi ! Mais moi !
Histoire d'honneur, mémoire porteuse

Ô toi, KKKanada
Qui me garoche des roches de reproches louches
Dès que je me rapproche des racines de ma souche
Pis qui achoppe sur la lâcheté de mon cache-cache
Pendant que l'Axe inondait le monde de bombes H
Sache
Que le père de mon père a mis son gun
Au service de l'Hexagone
Fier comme un coq, Jean-Rock pis sa gang de damned Canucks
On pouvait s'y fier pour dénazifier l'Europe
J't'le dis : en Normandie, y'avait plus de francos
Que de Québécois qui appuyaient Franco
Mais on n'était pas purs pour autant, peu s'en faut
Dissimulés sous les soutanes charlatanes
Saoulés par la face cachée du chanoine
Icitte on n'a pas été vites vites
À voir la fumée d'Auschwitz
Mea maxima culpa pour tous les potes qui portent la kippa
Quant à toi, KKKanada
Pourfendeur de francophones
Meurtrier de Métis
Assassin d'autochtones
À quand les excuses à la Commission des droits de la personne ?
Personne n'aime se faire traiter de facho
Fa'que la prochaine fois que l'envie te prend, retiens tes chevaux
Watch out avec les mots, sinon presto
J'te renvoie la censure pour l'échafaud

Histoire d'horreur, mémoire poreuse
Nous n'osons même plus nous nommer nous-même, nous nous nions
Mais moi ! Mais moi !
Histoire d'honneur, mémoire porteuse

C'qui m'faich, c'est qu'on fish, on mord à l'hameçon
On s'empêche en pêchant par excès de contrition
On s'flagelle, lave à l'eau de Javel
Une tache originelle pas mal imaginaire
On fouille dans nos selles, on cherche la vache folle
On s'fourre le doigt dans l'œil jusqu'au coude, jusqu'à l'aiselle
Quels imbéciles !
On n'voit plus les barbelés qui auréolent nos cervelles serviles
Tandis qu'on dit à Normand Lester de s'taire
On se sert des délétères thèses d'Esther Delisle
Pis des délires de Mordecai Richler
Pour nous garder des dérives totalitaires
Nous n'osons même plus nous nommer nous-même
Nous nous nions
Nous ne sommes plus que pour la honte ou la peur
La trouille nous coupe les couilles, brouille les communications
Le premier qui s'mouille risque l'excommunication
C'est un comble de colonisation
Quand un chef péquiste effrayé d'être fiché fasciste
Sombre dans la délation
Devient mouchard en voulant faire le beau
Quand un premier ministre vire capot
Il était une fois l'affaire Michaud
C'est sûr ça fait mal, oui, mais peu me chaut
Quand j'envoie la censure pour l'échafaud

Histoire d'horreur, mémoire poreuse
Nous n'osons même plus nous nommer nous-même, nous nous nions
Mais moi ! Mais moi !
Histoire d'honneur, mémoire porteuse

See video
Try to align
English

Censorship for the Scaffold

On the lookout for the humbugs, for my disastrous and smoking affinities with the hated governments
I sharpen my flutes and refute the "you were this way"
I distrust the "you disregarded the Jews and the fags here
Everything that's different
And had there been ovens here
You surely would have turned them into fried chicken
In fact you are, all of you, here, madmen
Fans of abbot Groulx1 and Jean-Louis Roux2..."
If we listened to them we'd have to burn all which, seen from their pontiff eyes, puts shame on us
Those pontiffs who ask for sacrifice, on an apocryphal altar
The holocaust of our desires turned to vices
To defects, to atavism
They want to see our past burn down
Nip the future hiding in the bud
I check, and I find I need to bear a whole damn lot
We are mystified
After the Roaring Twenties the hysteria was very well split, thanks
But who told me that ignorance and amnesia gave carte blanche to hypocrisy?
And so if Céline3 is antisemitic and we are French-speaking
Ipso facto, we're awarded the title of damned fascists
All this annoys me, especially since we're quick to forget that in Ontario
Beaches were once forbidden to Jews, dogs and niggers
In that order, textually
If I say so it's because I am a nigger myself, but I was whitewashed
While McGill fixed a quota in the wherry
Fabrics were made out of Jews' hair in Dachau
A material, just like the trees of the Daishowa company4
That's what the Shoah is, man, so watch out with your words
You give me no other choice, you
But to send the censorship for the scaffold5

Horror story, porous memory
We don't even dare name ourselves anymore, we deny ourselves
But I! But I!
Honor story, carrying memory

Oh you, K-K-Kanada6
Who's throwing me shady reproachful stones
As soon as I get close to the roots of my strain
And who stumbles on the cowardice of my hiding
Know that while the Axis flooded the world with H-Bombs
My father's father put his gun
To the service of the the Hexagon7
Proud as a peacock, Jean-Rock and his bunch of damned Canucks8
We could count on them to denazify Europe
I tell you: In Normandy, there were more Frenchmen
Than Quebecois on Franco's side9
Yet we still weren't totally pure
Hidden beneath the charlatan cassocks
Blinded by the dean's hidden face
Over here we weren't so quick
To see Auschwitz's smoke
Mea maxima culpa to all the brothers wearing a kippa
As for you, K-K-Kanada
Francophone slayer
Metis killer
Amerindian assassin
When will you apologize to the Commission des droits de la personne?10
No one likes to be called a fascist
So next time you feel like saying it, hold back your horses
Watch out with your words otherwise, presto
I send you the censorship for the scaffold

Horror story, porous memory
We don't even dare name ourselves anymore, we deny ourselves
But I! But I!
Honor story, carrying memory

What pisses me off is that we go fishing, we rise to the bait
We hold ourselves back by sinning from a contrition excess
We flagellate ourselves, bleach wash
An original stain that's pretty much make-believe
We look through our feces, we're looking for the Mad-cow disease
We put our fingers in our eyes up to the elbow, up to the armpit
What a bunch of imbeciles!
We can't see the barbed wire running around our servile brains
While we tell Normand Lester11 to shut up
We use the deleterious thesis of Esther Delisle12
And the ravings of Mordecai Richler13
To save us from totalitarian drifts
We don't even dare name ourselves anymore
We deny ourselves
Fear cuts our balls off and blurs communication
The first to make a move risks excommunication
It's the pinnacle of colonialism
When the Parti Quebecois14 leader, afraid to be seen as a fascist
Falls into denouncement
Becomes a snitch wanting to look nice
When a Prime Minister completely changes his politics
Once upon a time, the Michaud case15
Of course I'm hurt, yes, but it doesn't matter much
When I send the censorship for the scaffold

Horror story, porous memory
We don't even dare name ourselves anymore, we deny ourselves
But I! But I!
Honor story, carrying memory

Submitted by crimson_antics on Tue, 04/09/2012 - 01:03
0
Your rating: None
Comments
    September 4th, 2012

Le mystère du titre, peut-être ?
Sinon je n'ai rien vu de choquant.

crimson_antics     September 4th, 2012

Oui, c'est possible...'Censorship for the Gallows', alors? Je crois que je vais l'ajouter dans la note en bas de page.
Les chansons de Loco Locass sont épuisantes à traduire, avec toutes les références et les mots que je n'utilise jamais Big smile

    September 4th, 2012

Oui, plutôt dans la note. C'est un film noir plutôt pas mal, mais sans rapport direct avec le thème de la chanson à mon avis.