Maria Giovanna Cherchi - Cara 'e Luna (Francia translation)

Szardíniai

Cara 'e Luna

Comente dias esser cara ‘e luna
in su tempus chi fis un’ajanedda
si finas oje in die as sa fortuna
de parrer de atunzu una meledda!
Fis che reina, mancari viuda,
cun sos ogros infustos de lentore:
deo, supra sas nues de sa duda
in chirca ‘e abrandare su dolore.
 
Sos fizos chi connoschen s’orfania
sun comente sos fenos in s’istiu,
che fiores in tempus de traschia
trazados dae s’unda ‘e unu riu.
Che fozas a su ‘entu ‘e tramuntana
amus lassadu sa domo ‘e su coro:
dae tando as tancadu sa ventana
fin’a su sole cun sos rajos d’oro.
 
Saludende m’as nadu: in ora ’ona,
fizu meu, ti siat sa partèntzia,
sa bona sorte ti fethat corona *
comente chi mi tenzas a presèntzia.
 
Tue as mantesu mudu su dolore
pro su triballu meu in terra anzena
ma deo apo connotu s’istriore
chi t’at fascadu tota sa carena.
Mama ‘e sabiduria antiga e jara
chi como ses a prope a sa ‘etzesa,
totu su chi non t’apo nadu in cara
ti lu so cunfidende in segretesa.
 
Saludende m’as nadu: in ora ’ona,
fizu meu, ti siat sa partèntzia,
sa bona sorte ti fethat corona *
comente chi mi tenzas a presèntzia.
 
Kűldve: Hampsicora Hétfő, 14/11/2016 - 16:03
Last edited by Hampsicora on Szombat, 27/01/2018 - 00:48
Submitter's comments:

Music by Franco Madau
Lyrics by Paolo Pillonca

Align paragraphs
Francia translation

Visage de lune

Comme tu devais avoir un visage de lune
dans le temps de ta jeunesse,
si jusqu’aujourd’hui tu as la chance
de ressembler à une petite pomme d’automne !
Tu étais une reine, bien que veuve,
avec des yeux baignés de rosée ;
moi, sur les nuages du doute,
je cherchais à apaiser ta douleur.
 
Les fils qui ont connu la vie des orphelins,
sont comme le foin en été,
comme des fleurs dans la tempête,
emportées par l'onde d’une rivière.
Comme des feuilles dans la tramontane,
nous avons quitté notre maison bien-aimée;
depuis, tu gardes ta fenêtre fermée
même contre les rayons d’or du soleil.
 
En me disant adieu, tu as dit : « Mon fils,
que soit chanceux ton départ,
que la chance t’accompagne,
comme si tu m’avais à tes côtés ».
 
Tu as gardé muette ta douleur
par mon travail dans un pays étranger,
mais j’ai été consciente des frissons
parcourant tout ton corps.
Mère de la sagesse ancienne et claire,
toi qui maintenant t’approches de la vieillesse :
tout ce que je ne t’ai jamais dit droit dans les yeux,
maintenant je te le confie en secret.
 
En me disant adieu, tu as dit : « Mon fils,
que soit chanceux ton départ,
que la chance t’accompagne,
comme si tu m’avais à tes côtés ».
 
Kűldve: Azalia Kedd, 23/01/2018 - 13:16
Added in reply to request by Hampsicora
Szerző észrevételei:

Merci à Hampsicora et Inedito pour leurs traductions.
~~
[Edit 24/01/2018, 10:00]: Je remercie Sarasvati et Geheiligt pour les corrections Regular smile

Hozzászólások
Hampsicora    Kedd, 23/01/2018 - 20:45

Many thanks, my friend, I love so much this song Regular smile

Azalia    Kedd, 23/01/2018 - 21:27

You're welcome... I see there's quite a "teamwork" going on around your Sardinian songs and it's good, because I wouldn't even try a Sardinian to French (direct) translation as Aldis requested. It's nice Jose has joined in, and I'm glad to see Aldis so interested Regular smile

Hampsicora    Kedd, 23/01/2018 - 22:44

Apparently I'm not the only one who likes this song Regular smile

Azalia    Szerda, 24/01/2018 - 08:42

Well, the only translation "on request" here is mine into French. The rest of them (including mine into Polish) seem to be a spontaneous undertaking of those who liked the song enough to want to translate it.

Hampsicora    Szerda, 24/01/2018 - 20:03

Ok, I’ll go to add more translation requests, then Teeth smile

Sarasvati    Kedd, 23/01/2018 - 22:38

1/6 typo bagnés...>baignés

Azalia    Szerda, 24/01/2018 - 08:39

Aïe ! Merci encore, Emilia.

Geheiligt    Szerda, 24/01/2018 - 08:54

Je suis plutôt impressionné par ton haut niveau de français. C'est fluide et poétique. Il reste néanmoins quelques erreurs mineures :

Les fils qui connaissent l’orphanage ; ce mot n'existe pas. Cela dit, je ne trouve pas d'équivalent pour dire « fait d'être orphelin » ;
mais j’ai été consciente des frissons
parcourrant tout ton corps > parcourant

Azalia    Szerda, 24/01/2018 - 08:59

Merci beaucoup ! J'espère chercher et trouver quelque chose un peu plus tard.

Azalia    Szerda, 24/01/2018 - 09:42

Et cela que je viens d'écrire, est bien ou non ? Merci.

Sarasvati    Szerda, 24/01/2018 - 09:57

Les fils qui ont connu la vie des orphelins,
sont comme le foin en été,

:::>Les fils qui ont connu la vie des orphelins,
Sont en été comme le foin
?

Azalia    Szerda, 24/01/2018 - 10:16

Mais, en positionnant "en été" avant "le foin" ont ne change pas le sens ? Je crois que "en été" a le sens adjectival et est lié seulement au foin, et pas aux fleurs du vers suivant.

Sarasvati    Szerda, 24/01/2018 - 10:22

Ah oui, c'est vrai, dans l'élan vers la rîme j'ai trébuché.Oups

Azalia    Szerda, 24/01/2018 - 10:50

Bon, merci. Regular smile

Hampsicora    Szerda, 24/01/2018 - 20:15

J'apprécie beaucoup vos commentaires, merci.
Mon français n’est pas si bon, mais je peux vous expliquer le sens original des paroles.
« Orfania » c’est un mot qui n'existe pas même en italien. J’ai pu le traduire en anglais « orphanhood », en espagnol « orfandad », en catalan « orfandat », mais en italien j'ai dû recourir à une périphrase : i figli che hanno vissuto da orfani (les fils qui ont vécu en tant que orphelins).
Je suppose que « Les fils qui ont connu la vie des orphelins » va bien quand même, peut-être encore mieux.
Dans la ligne suivante, le foin en été est desséché, sans vitalité, comme la vie des orphelins, qui sont toujours secs, pas seulement en été.
De toute façon, merci beaucoup pour vos intérêt par cette chanson.