Marie-Claire Bancquart - Comme si le matin servait toujours

Fransızca

Comme si le matin servait toujours

Les statues assises
accueillent
dans les tombes étrusques.
 
Des paroles d'amie malade
traversent les murs.
 
Pourquoi ne veux-tu pas t'habiller de noir; un peu en avance ?
Pourquoi ne pas dire aux autres de venir au repas de mes funérailles, que je présiderai ? Ce sera une manière de m'habituer à l'absence.
-- Mais il ne viendra personne, répondons-nous. Ils savent déjà que tu n'es plus au monde.
 
-Crève donc, dit-il
en lisant les annonces funéraires du journal.
 
Il n'aime pas les morts
leur manière de ne plus souffrir
de ne plus attendre
dans l'entre chair et peau
la tumeur gonflée, ou dans les os
cette vrille intermittente, qui creuse.
 
Peuh, les morts !
Lâchés dans leur trou
ils ne patientent plus sur un banc de métro
ils ne farfouillent plus au rayon « poésie »
pour trouver un recueil pas trop cher
ils ne demandent plus
s'il vaudrait mieux, comme en espagnol, un point d'interrogation
avant comme après la phrase en énigme.
Peuh, les morts !
 
Doucement
un rat monte depuis l'égout
marqué au même nom que la rue où ricane
le lecteur du journal, en route sans savoir
vers le mortellement correct de sa chronique à lui.
 
Guernes kullanıcısı tarafından Cum, 12/01/2018 - 21:37 tarihinde eklendi
Teşekkürler!
Marie-Claire Bancquart: Top 3
Yorumlar