Arthur Rimbaud - L'éternité (1)

Advertisements
Френски

L'éternité (1)

Elle est retrouvée.
Quoi ? – L’Éternité.
C'est la mer allée (*)
Avec le soleil.
 
Âme sentinelle
Murmurons l'aveu
De la nuit si nulle
Et du jour en feu.
 
Des humains suffrages,
Des communs élans
Là tu te dégages
Et voles selon.
 
Puisque de vous seules,
Braises de satin,
Le Devoir s'exhale
Sans qu'on dise : enfin.
 
Là pas d'espérance,
Nul orietur.
Science avec patience,
Le supplice est sûr.
 
Elle est retrouvée.
Quoi ? – L’Éternité.
C'est la mer allée
Avec le soleil.
.
.
L'éternité (2)
 
Elle est retrouvée !
Quoi ? l'éternité.
C'est la mer mêlée
Au soleil.
 
Mon âme éternelle,
Observe ton vœu
Malgré la nuit seule
Et le jour en feu.
 
Donc tu te dégages
Des humains suffrages
Des communs élans !
Et voles selon...
 
– Jamais d'espérance
Pas d'orietur.
Science et patience,
Le supplice est sûr.
 
Plus de lendemain,
Braises de satin,
. . Votre ardeur
. . Est le devoir.
 
Elle est retrouvée !
– Quoi ? – L'Éternité.
C'est la mer mêlée
Au soleil.
 
Пуснато от GuernesGuernes в Пон, 28/03/2016 - 07:42
Последно редактирано от GuernesGuernes на Втр, 11/10/2016 - 20:08
Коментари на автора:

Mai 1872
.
(*) Dans "Une saison en enfer" :
C'est la mer allée -> C'est la mer mêlée
.

Благодаря!получил/а 1 благодарност

 

Advertisements
Видео
Коментари