Arthur Rimbaud - Une saison en enfer - 014 - Délires - II - Alchimie du verbe 03

Advertisements
Френски

Une saison en enfer - 014 - Délires - II - Alchimie du verbe 03

À quatre heures du matin, l’été,
Le sommeil d’amour dure encore.
Sous les bocages s’évapore
  L’odeur du soir fêté.
 
Là-bas, dans leur vaste chantier
Au soleil des Hespérides,
Déjà s’agitent — en bras de chemise —
  Les Charpentiers.
 
Dans leurs Déserts de mousse, tranquilles,
Ils préparent les lambris précieux
    Où la ville
  Peindra de faux cieux.
 
  Ô, pour ces Ouvriers charmants
Sujets d’un roi de Babylone,
Vénus ! quitte un instant les Amants
Dont l’âme est en couronne.
 
  Ô Reine des Bergers,
Porte aux travailleurs l’eau-de-vie,
Que leurs forces soient en paix
En attendant le bain dans la mer à midi.
 
Пуснато от GuernesGuernes в Съб, 04/11/2017 - 17:37
Последно редактирано от GuernesGuernes на Четв, 09/11/2017 - 17:48
Благодаря!

 

Advertisements
Видео
Коментари