Epígrafe (ফরাসী অনুবাদ)

Advertisements
পর্তুগীজ

Epígrafe

Eu não sou eu nem sou o outro,
Sou qualquer coisa de intermédio:
Pilar da ponte de tédio
Que vai de mim para o Outro.
 
* * * * *
 
Esta inconstancia de mim próprio em vibração
É que me ha de transpôr ás zonas intermédias,
E seguirei entre cristais de inquietação,
A retinir, a ondular… Soltas as rédeas,
Meus sonhos, leões de fogo e pasmo domados a tirar
A tôrre d’ouro que era o carro da minh’Alma,
Transviarão pelo deserto, muribundos de Luar—
E eu só me lembrarei num baloiçar de palma…
Nos oásis, depois, hão de se abismar gumes,
A atmosfera ha de ser outra, noutros planos:
As rãs hão de coaxar-me em roucos tons humanos
Vomitando a minha carne que comeram entre estrumes…
 
* * * * *
 
Ha sempre um grande Arco ao fundo dos meus olhos…
A cada passo a minha alma é outra cruz,
E o meu coração gira: é uma roda de côres…
Não sei aonde vou, nem vejo o que persigo…
Já não é o meu rastro o rastro d’oiro que ainda sigo…
Resvalo em pontes de gelatina e de bolôres…
Hoje, a luz para mim é sempre meia-luz…
 
* * * *
 
As mesas do Café endoideceram feitas ar...
Caiu-me agora um braço... Olha, lá vai êle a valsar
Vestido de casaca, nos salões do Vice-Rei...
 
(Subo por mim acima como por uma escada de corda,
E a minha Ansia é um trapézio escangalhado...).
 
GuernesGuernes দ্বারা রবি, 19/05/2019 - 18:10 তারিখ সাবমিটার করা হয়
ফরাসী অনুবাদফরাসী
Align paragraphs
A A

Épigraphe

Je ne suis ni moi-même ni l'autre
Mais quelque chose d'intermédiaire :
Le pilier sous le pont de l'ennui
qui s'en va de moi-même vers l'autre.
 
* * * * *
 
Cette inconstance de moi-même en vibration
est ce qui m'emporte jusqu'aux zones intermédiaires,
Et j'en poursuivrai, parmi des cristaux d'inquiétude,
Le tintement, l'ondulation ... Tu lâches les rênes.
Mes rêves, lions de feu, ébahissements domptés à extraire
de la tour d'or qui fut le chariot de mon Âme,
Se fourvoieront au désert, moribonds de la Lune —
Et je ne me souviendrai que du balancement d'une palme...
Ensuite, ils s'en iront, tranchants, s'abîmer dans les oasis,
L'atmosphère sera toute autre, sera sur d'autres plans :
Les grenouilles vont croasser contre moi sur un ton rauque
et humain vomissant ma chair qu'ils dévorent dans les lisiers ...
 
* * * * *
 
Il y a toujours un grand Arc au fond de mes yeux ...
À chaque pas mon âme est une autre croix,
Et mon cœur tourne : c'est une roue de couleur ...
Je ne sais où je vais, ni ne vois ce que je poursuis ...
Ma trace n'est plus la trace d'or que je suis toujours ...
Je déboule par des ponts de gélatine et de moussures ...
Pour moi la lumière aujourd'hui, est toujours à demi ...
 
* * * *
 
Les tables du Café s'embrouillent dans les airs.. .
Un bras me tombe maintenant ... Regarde, là il va valser
Vêtu d'une jaquette, dans les salons du vice-roi ...
 
(Je monte après moi-même comme à une échelle de corde,
Et mon Souci est un trapèze dégingandé ...).
 
Tous droits réservés © Christian Guernes (pour les traductions en français, sauf indication contraire ; lien vers le source, indication du commentaire,etc.)
GuernesGuernes দ্বারা রবি, 19/05/2019 - 19:24 তারিখ সাবমিটার করা হয়
"Epígrafe" এর আরও অনুবাদ
ফরাসী Guernes
Mário de Sá-Carneiro: সেরা 3
মন্তব্যসমূহ