Imitazione (ফরাসী অনুবাদ)

Advertisements
ইতালীয়

Imitazione

Lungi dal proprio ramo,
Povera foglia frale,
Dove vai tu? –- Dal faggio
Là dov'io nacqui, mi divise il vento.
Esso, tornando, a volo
Dal bosco alla campagna,
Dalla valle mi porta alla montagna.
Seco perpetuamente
Vo pellegrina, e tutto l'altro ignoro.
Vo dove ogni altra cosa,
Dove naturalmente
Va la foglia di rosa,
E la foglia d'alloro.
 
GuernesGuernes দ্বারা বুধ, 30/09/2015 - 18:15 তারিখ সাবমিটার করা হয়
সাবমিটার এর মন্তব্য:

EDIZIONE DI RIFERIMENTO: "Opere di Giacomo Leopardi", a cura di Giovanni Getto, Ugo Mursia editore, Milano, 1966

Imitation

Si loin de la branche originelle,
Pauvre feuille fragile,
Où t'en vas-tu ? – Le vent m'a séparée
Du fayard où je naquis.
Je m'en vais, il m'emporte
Et me tourmente, je m'envole
Du bois vers les campagnes,
De la vallée vers les montagnes
Perpétuellement secouée.
Je vais, je voyage ignorée du prochain,
Je vais où vont toutes les choses,
Où naturellement vont
Aussi bien la feuille de la rose
Que la feuille du laurier.
 
Tous droits réservés © Christian Guernes (pour les traductions en français, sauf indication contraire ; lien vers le source, indication du commentaire,etc.)
GuernesGuernes দ্বারা বুধ, 30/09/2015 - 18:16 তারিখ সাবমিটার করা হয়
লেখকের মন্তব্য:

D'après le CNRTL : FAYARD, subst. masc.
.
Région. (notamment dans le Massif central, le Lyonnais, la Savoie). Hêtre. Une planche de fayard; bois de fayards. Dans le pays de Brunswick, on trouve des forêts de chênes et de fayards (Stendhal, Journal,t. 2, 1805-08, p. 441) :
Enfin, en un lieu fort sombre et solitaire, il avise un fayard dont les branches s'étendaient comme des bras sous le noir de l'ombrage. Pourrat, Gaspard,1922, p. 97.
.
REM.
Foyard, subst. masc.,var. cour. en Suisse. Couper, équarrir les foyards. Son petit cœur battait puissamment de joie en évoquant, pour un proche avenir (...) les assauts, au haut des fûts des foyards, des nids de grives et les rudes combats autour des nichées de corbeaux (Pergaud, De Goupil,1910, p. 105).Je préférais témoigner ma ferveur, ma tendresse au fût glacé des foyards de la forêt, à la tardive fleur d'un pré (G. Borgeaud, Le Voyage à l'étranger,Lausanne et Paris, 1974, p. 348).
.
Prononc. : [faja:ʀ]. Étymol. et Hist. 1373 failhard (Ord., V, 682 ds Gdf.). Mot franco-prov., et s'étendant jusqu'à la mer par la vallée du Rhône; dér. de l'a. fr. fou « hêtre » (v. fouet), suff. -ard*. Fréq. abs. littér. : 22. Bbg. Tuaillon (G.). Réflexions sur le fr. région. In : Colloque sur le Fr. parlé ds les Villages de Vignerons. 1976. 18-20 nov. Dijon, Paris, 1977, p. 18.

See also
মন্তব্যসমূহ