Cali - Lettre au ministre du saccage des familles et des jeunes existences tôt dévastées

  • Artist: Cali ( Bruno Caliciuri)
  • Album: La vie est une truite arc-en-ciel qui nage dans mon cœur
  • Translations: English
French
A A

Lettre au ministre du saccage des familles et des jeunes existences tôt dévastées

Monsieur, je ne veux plus traquer
Les hommes apeurés dans la nuit
Monsieur, je ne veux plus être celui
Qui arrache, qui arrache la vie
Mon métier, monsieur, c’est policier
Je ne veux plus saccager des familles terrorisées
Mon métier, mon métier c’est policier
Je ne veux plus chasser des femmes, des enfants effrayés
 
Je n’irai pas au petit matin
Rafler ces femmes, ces hommes, ces enfants du chagrin
Les arracher à leur lit de misère, menottés
Les jeter dans l’avion des ténèbres vers la mort qui attend de l’autre côté
Mon métier, monsieur, c’est policier
Je ne veux plus être la terreur de familles dévastées
Mon métier, mon métier, c’est policier
Je ne veux plus chasser des femmes, des enfants apeurés
 
Je ne veux plus affronter leur regard perdu
Non, non, non, qui dépèce mon âme, non
Je ne l’ai jamais voulu
Messieurs les pillards de l’espoir qui nous avez aveuglés
Vous avez serré sur nos yeux le bandeau du mensonge
Vous avez répandu partout le parfum dégueulasse du mépris de l’étranger
C’est fini, je ne serai plus de votre cruauté
Même si mes paupières sont remplies de larmes
J’y vois encore plus clair ce soir
Je pourrai embrasser ma femme, mes enfants et leur dire
Je dépose les armes, je ne serai plus un chien dressé, déshumanisé
 
Mon métier, monsieur, c’est policier
Je ne veux plus traquer des familles terrorisées
Mon métier, mon métier, c’est policier
Je ne veux plus débusquer des femmes et des enfants effrayés
Je ne veux plus affronter leur regard perdu
Non, non, non
Qui dépècent mon âme
Non, je ne l’ai jamais voulu
 
Je ne défoncerai plus la porte
D’innocents plus malheureux que le malheur
Je ne serai plus le poignard de leur vie poignardée
Je serai de leurs cris de joie quand ils auront ce droit
De ne plu avoir peur, de vivre et de s’aimer sous la
lumière à nos côtés
 
Mon métier, monsieur, c’est policier
Je ne serai plus la terreur d’autres êtres humains apeurés
Mon métier, mon métier, c’est policier
Nous sommes tous des enfants d’immigrés
Je ne veux plus affronter mon regard perdu, non non non
Le soir face au miroir, non
Je ne le peux plus.
 
Submitted by GavinGavin on Fri, 06/01/2017 - 14:06
Thanks!

 

Advertisements
Video
Translations of "Lettre au ministre ..."
Collections with "Lettre au ministre ..."
Comments