Carlo Martello ritorna dalla battaglia di Poitiers (French (Old French) translation)

Ly Roy Charles Martel revient de la bataylle de Poytieres

Ly Roy Charles revient de la guerre,
L'attend a luy sa Terre
Pour le ceyndre de lauriere
Au chauld soleyl del printemps muure
Que çe brilloit l'armuure
Du Syre ly vaynquiere.
 
Ly sang du Prynce et del Maure
Rougisçent son cemiere
De pareylle couleur ;
Mays plus tost que del corps lys blessuures
Le Roy sent lys piquures
De maladye d'amour.
 
Si fievre de gloyre et soëf d'Honneur
Esteint la guerre a le Vaynquiere,
Ce ne luy donne un moment pour fayre l'amour.
Y est aussy quy met a son espouse suave
De chastetee la ceynture et c'est bien grave,
En bataylle yl pourrait bien en perdre la clef.
 
Ainsy se plaint ly Roy de la Chrestiente,
A son passage le ble
Se courbe et puys les fleurs ;
Ly miroyre de clere fontaynelle
Reflect fier svr sa selle
Des Maures le Vaynquiere.
 
Vois la que dans l'eëue se forme
La vision pulchriforme,
L'ymage de l'Amour
Al bout de ses longs cheveulx blons
Son seyn se confond
Tout nuu dans sa splendeur.
 
Homme ne vist jamais chose si belle,
Ne vist jamais vne telle pvlcelle,
Ce dist ly Roy ; et desçendoyt vite de la selle.
Oï ly Chevalere ! A moy n'approchiez,
Aultruy ja gouste ce que vous cherchiez,
A vne aultre fontayne vostre soëf esteigniez !
 
Surprys par cest mot quy l'affeule,
Croïant qu'on se fout de sa gueule,
Ly Roy layssat tomber ;
Mais la faym put plus que le jeuune,
Fremisçant, son heaulme bruune
Ly Roy va s'enlever.
 
Vois la, son arme secrete estoit
Dont yl souvent se servoit
Dans les difficvltees ;
A a fille apparut vn nez d'Abacouc,
Vne Fygvre de vieulx Bouc
Mais yl estoit sa Magestee.
 
Si Vous ne fvssiez mon Souverayn,
-Ly Roy s'enleeve sa lourde espee-
Je ne cachierays poynct mon desir de fuyr loyntayn.
Mays puys que Vous estes mon Seygneur
-Ly Roy se debarrasse de son armuure-
Fault que je me donne a Vous sans pvdeur.
 
Chevalere yl estoit si vayllant,
Et aussy en ce moment
D'Honneur yl s'est couvert ;
Et a la fin de ce combat
Svr sa selle yl essayat
Incertayn de remonter.
 
Si vite la Pvlcelle l'attrape
Soudayne ses honorayres
Elle presente a son Roy :
Heïn, comme Vous estes mon Souverayn
Ça fait cent Livres d'Argient,
C'est pas cher, croïiez moy.
 
Coment se pëut qu'en ce Reaulme
I aït tant de dames quy sont sy vilaynes
Et se revelent seulement des grandes Pvtaynes ?
Mesme svr le Pris on y trueve a redire,
Bien me souviens qu'advant de partir
Lys prys n'arrivoient guere a treinte Livres.
 
Cela dict, yl se tint comme un grand con,
Avecques un grand bond
A cheval remontat ;
Feuëttant son cheval comme un bavdet
Par my ly surel et ly genest
Ly Roy s'envolat.
 
Ly Roy Charles revient de la guerre,
L'attend a luy sa Terre
Pour le ceyndre de lauriere
Au chauld Soleyl del printemps muure
Que ce brilloit l'armuure
Du Syre ly Vaynquiere.
 
Submitted by LobolyrixLobolyrix on Wed, 11/01/2017 - 15:03
ItalianItalian

Carlo Martello ritorna dalla battaglia di Poitiers

Comments