I Muvrini - Dans la main de la terre (Spanish translation)

French

Dans la main de la terre

Il y avait peut être cent ans
qu'elle était là
ou peut être juste un instant.
Le vent de la nuit
lui caressait le visage.
 
Je ne saurais vous dire
où était son pays,
où était sa maison,
si elle était femme de marin,
de paysan, d'exilé ou d'émigrant,
si elle avait franchit la mer,
une montagne ou l’océan.
La terre semblait être derrière elle.
En la voyant marcher,
on pouvait imaginer
qu'elle la portait toute seule
sur ses épaules.
 
Allez donc savoir ce qu'elle s'en allait chercher,
ce qu'elle aurait aimé entendre cette nuit-là.
La nuit,
les regards des hommes s'éteignent un peu,
on dit que la lumière est à l’intérieur,
dans un village,
au fond d'un port,
en haut d'une montagne,
un phare dans l’océan
ou bien une étoile dans le ciel.
 
À chaque chant qui résonnait,
elle accordait son âme,
elle accordait ses pas.
Elle disait qu'elle voulait apprendre
le chemin
jusqu'aux les plus beaux signaux du monde,
jusqu'à la beauté qui unis
les hommes et les peuples.
 
Son rêve elle l’écrivait de quatre mots:
l'unité qui rassemble,
la diversité qui enrichit.
 
Dans chaque chant du monde,
elle voulait graver
une alliance,
une reconnaissance.
Dans chaque langue,
elle voulait apprendre
la part d’altérite,
d'intelligence, d'humanité.
Elle disait que c'était cela
la plus belle promesse
d'avenir, de paix,
de richesse du monde.
 
Un jour, le poète a écrit pour elle:
"L'homme n'est ni grand ni petit,
il a la taille de ce qu'il sait
aimer et respecter".
Elle, elle le répondait que toute la vie
il fallait apprendre
à être l'invité de l'autre,
l'invité du monde,
que c'était cela l'hospitalité.
 
Il y a peut être cent ans
qu'elle marchait ainsi
ou peu être un instant,
c'était cela sa fidélité.
 
Le chant d'amour qui fait pleurer
les yeux d'un peuple
ne peut à tout jamais laisser indifférent
l'âme du monde,
c'était cela sa paix.
Ce soir, entre la mer et l’océan,
il y a peut être quelques lumières de plus
dans la main de la terre.
 
Là, où rien n'est séparé,
là, où s'additionnent et se reconnaissent
toutes les dignités du monde,
là, où des enfants de Bretagne
ont écrit un jour
tous ces pays dispersés par le vent,
les chants de blé dans la poche des paysans
et l’océan qui n'a plus pour frontière
que la graine emporté par une main d'enfant.
 
Ce soir, ce soir le pain sera blanc à la table d'hôte,
passant, demeure ici pour le partager.
Il y a peu être cent ans qu'elle marchait ainsi
ou peu être un instant.
Elle disait que cette beauté-là est invincible,
elle disait que cette beauté-là est invincible.
 
Submitted by Sarasvati on Mon, 12/03/2018 - 13:33
Submitter's comments:

jusqu'à 4'10
J'ai fait cette transcription peut être quelques erreurs

Align paragraphs
Spanish translation

En la mano de la tierra

Hace quizá cien años
que ella estaba allí
o quizá sólo un instante.
El viento de la noche
le acariciaba el rostro.
 
No os sabría decir
dónde estaba su país,
dónde estaba su casa,
si era mujer de marinero,
de campesino, de exiliado o de emigrante,
si había cruzado el mar,
una montaña o el océano.
La tierra parecía estar detrás de ella.
Viéndola marcharse,
se podía intuir
que ella sola la cargaba
a sus espaldas.
 
Vaya usted a saber lo que iba a buscar,
lo que le hubiera gustado escuchar aquella noche.
La noche,
las miradas de los hombres se apagan un poco,
dicen que la luz está en el interior,
en un pueblo,
en el fondo de un puerto,
en lo alto de una montaña,
un faro en el océano
o quizá una estrella en el cielo.
 
En cada canto que resonaba,
ella compaginaba su alma,
ella compaginaba sus pasos.
Decía que quería aprender
el camino
hasta las más hermosas señales del mundo,
hasta la belleza que aúna
a los hombres y a los pueblos.
 
Su sueño lo describía con cuatro palabras:
la unidad que agrupa,
la diversidad que enriquece.
 
En cada melodía del mundo,
ella quería grabar
una alianza,
un reconocimiento.
En cada lengua,
ella quería aprender
la parte de alteridad,
de inteligencia, de humanidad.
Decía que esa era
la más hermosa promesa
de futuro, de paz,
de riqueza del mundo.
 
Un día, el poeta escribió para ella:
"El hombre no es ni grande ni pequeño,
tiene el tamaño de lo que sabe
amar y respetar".
Ella le respondía que toda la vida
hacía falta aprender
a ser invitado del otro,
invitado del mundo,
que eso era la hospitalidad.
 
Hace quizá cien años
que ella se marchó de ese modo
o quizá un instante,
esa era su fidelidad.
 
La melodía de amor que hace llorar
los ojos de un pueblo
no puede dejar eternamente indiferente
el alma del mundo,
esa era su paz.
Esta noche, entre el mar y el océano,
hay quizá algunas luces de más
en la mano de la tierra.
 
Allí, donde nada está separado,
allí, donde se suman y se reconocen
todas las dignidades del mundo,
allí, donde unos niños de Bretaña
relataron un día
todos esos países dispersados por el viento,
los cantos de trigo en el bolsillo de los campesinos
y el océano que no tiene más frontera
que la simiente transportada por una mano de niño.
 
Esta noche, esta noche el pan será blanco en la mesa del anfitrión1,
al pasar, quédate aquí para compartirla.
Hace quizá cien años que ella se marchó de ese modo
o quizá un instante.
Ella decía que esta belleza es invencible,
ella decía que esta belleza es invencible.
 
Submitted by inedito on Mon, 12/03/2018 - 15:58
5
Your rating: None Average: 5 (1 vote)
Please help to translate "Dans la main de la ..."
See also
Comments
Sarasvati    Mon, 12/03/2018 - 21:51
5

Beautiful
la traduction comme le message
en verso 2 hubiera puesto aquí
pero allí tanbien tiene una conotacíon
que entra totalmente en la emocion
gracias

inedito    Mon, 12/03/2018 - 22:00

Muchas gracias.