Orelsan - Dans ma ville, on traîne (English translation)

French

Dans ma ville, on traîne

[Couplet 1]
Dans ma ville, on traîne entre le béton, les plaines
Dans les rues pavées du centre où tous les magasins ferment
On passe les weekends dans les zones industrielles
Près des zones pavillonnaires où les baraques sont les mêmes
Ma ville est comme la première copine que j'ai jamais eue
J'peux pas la quitter, pourtant, j'passe mon temps à cracher dessus
Parler du beau temps serait mal regarder le ciel
J'la déteste autant qu'je l'aime, sûrement parce qu'on est pareil
On a traîné dans les rues, tagué sur les murs, skaté dans les parcs, dormi dans les squares
Vomi dans les bars, dansé dans les boîtes, fumé dans les squats, chanté dans les stades
Traîné dans les rues, tagué sur les murs, skaté dans les parcs, dormi dans les squares
Vomi dans les bars, dansé dans les boîtes, fumé dans les squats, chanté dans les stades
 
[Pont]
J'ai tellement traîné dans les rues d'Caen
Avec une bouteille où tout l'monde a bu dedans
Entre deux mondes en suspens
Criminelle, la façon dont j'tue l'temps
J'ai tellement traîné dans les rues d'Caen
Avec une bouteille où tout l'monde a bu dedans
Entre deux mondes en suspens
Criminelle, la façon dont j'tue l'temps
 
[Couplet 2]
J'ai tellement traîné dans les rues d'Caen
Avec une bouteille où tout l'monde a bu dedans
Entre deux mondes en suspens
Criminelle, la façon dont j'tue l'temps
Après vingt-deux heures, tu croises plus d'gens
Comme si on était encore sous les bombardements
T'entendras qu'les flics et l'bruit du vent
Quelques mecs d'la fac en troisième mi-temps
Qui devraient pas trop s'approcher du bord
Quand ils vont s'terminer sur le port
Dans les quelques bars qui servent encore
Où y'a des clopes et des Anglais ivre-morts
Cinq heures du mat'
La queue dans les kebabs en sortie d'boîte
Tu peux prendre une pita ou prendre une droite
Ou alors tu peux prendre le premier tram
Et, si jamais tu t'endors, tu t'réveilleras sur les bords de la ville
Là où les centres commerciaux sont énormes, où on passait les samedis en famille
Où j'aimais tellement m'balader, même quand on avait que dalle à acheter
Youhou, ouais
Le cadis des parents ralentit devant Pizza Del Arte
Pas loin du magasin d'jouets où j'tirais des chevaliers
Près du pont où ma grand-mère m'emmenait lancer des avions en papier
Où tu peux voir les grandes tours des quartiers
Où l'architecte a cru faire un truc bien
Si j'rappais pas, j'y serais jamais allé
Parce qu'on s'mélange pas tant qu'ça, là d'où j'viens
Après, y'a des champs, y'a plus rien
Si tu vois d'la fumée quand tu reviens
C'est qu'dans les usines pas très loin
On s'calcine, on s'abîme, on fait du carburant pour la machine
À côté des pavillons rectilignes
Où on pense à ce que pense la voisine
Où on passe les dimanches en famille
Où on fabrique du Blanc fragile
Longe le canal, prends l'périph'
T'arrives à la salle où j'ai raté des lay-ups décisifs
Pas loin d'un coin perdu où les filles se prostituent au milieu des grues
Là où y'a les bus qui t'emmènent à la mer en moins d'vingt minutes
Où les Parisiens nous trouvaient tellement nuls
Où tu vois l'Angleterre derrière la brume
Passe devant l'hôpital qu'on voit d'partout
Pour nous rappeler qu'on y passera tous
Et tu seras d'retour en ville, où les bourges font les courses et les punks mendient
Où y'a des clochards dont tout l'monde connaît les noms
J'ai vu Gigi s'ouvrir les veines à coups d'tesson
Devant l'épicerie, celle qu'est toujours ouverte
Près du château, ses douves et ses légendes urbaines
J'ai fait des mariages, des enterrements
Dans les mosquées, les églises et les temples
Sous un crachin normand
Elle est même pas foutue d'pleuvoir correctement, ma ville aux cent clochers
À chaque fois qu'ils détruisent un bâtiment, ils effacent une partie d'mon passé
 
Submitted by Racmat on Wed, 18/10/2017 - 19:32
Last edited by Racmat on Fri, 20/10/2017 - 18:23
Align paragraphs
English translation

In my town

[Verse 1]
In my town, we're hanging out between concrete, the plains
In the cobbled streets of the center where all shops close
We spend weekends in industrial estates
Near the pavilion areas where the houses are the same
My town is like the first girlfriend I ever had
I can't leave them, yet I spit on them all the time.
Talking about the good weather would be bad looking at the sky
I hate it as much as I love her, probably because we're the same.
We hung out in the streets, tagged on the walls, skated in the parks, slept in the squares
Vomit in bars, danced in nightclubs, smoked in squats, sung in stadiums
Hanged in the streets, tagged on the walls, skated in the parks, slept in the squares
Vomit in bars, danced in nightclubs, smoked in squats, sung in stadiums
 
[Bridge]
I've been hanging around the streets of Caen so much
With a bottle where everyone drank from it
Between two worlds in suspense
Criminal, the way I kill time
I've been hanging around the streets of Caen so much
With a bottle where everyone drank from it
Between two worlds in suspense
Criminal, the way I kill time
 
[Verse 2]
I've been hanging around the streets of Caen so much
With a bottle where everyone drank from it
Between two worlds in suspense
Criminal, the way I kill time
After 22 hours, you don't meet people anymore
Like we're still under the bombardment
You'll hear only the cops and the wind noise
Some guys from college in the third half of the year
Which shouldn't get too close to the edge
When they're going to end up on the port
In the few bars that still serve
Where there's cigarets and drunken Englishmen
Five o' clock in the morning
The queu in the kebabs at the nightclub outlet
You can take a pita or take a punch
Or you can take the first tram
And, if you ever fall asleep
You'll wake up on the edge of town
Where shopping malls are huge
Where we used to spend Saturdays with the family
Where I loved to walk around so much
Even when we had nothing to buy
Youhou, yeah
Parents' cadis slows down in front of Pizza Del Arte
Not far from the toy store
Where I was shooting knights
Near the bridge where my grandmother used to take me
Launching paper aircraft
Where you can see the big towers of the neighborhoods
Where the architect thought he was doing something good
If I wouldn't rap, I never would have been there
Because we don't mix that much, where I come from
Then there's fields, and then there's nothing
If you see smoke when you come back
It's just that in the factories not too far away
We burn ourselves, we damage ourselves, we make fuel for the machine
Next to the straight flags
Where we think about what the neighbor thinks
Where we spend Sundays with our families
Where we make fragile white wine
Go along the canal, take the road
You get to the room where I missed some crucial lay-ups
Not far from a lost corner
Where girls prostitute themselves in the midst of cranes
Where there are buses
Which take you to the sea in less than 20 minutes
Where the Parisians found us so lame
Where you see England behind the fog
Walk past the hospital we see everywhere
To remind us that we'll all be passing through
And you'll be back in town
Where the burgans shop and the punks beg
Where there are homeless people whose names everyone knows
I saw Gigi open his veins with shards
In front of the grocery store, the one that's always open
Near the castle, its moats and urban legends
I've done weddings, funerals,
In mosques, churches and temples
Under a Norman spittoon
It''s not even fucking raining properly.
My city of a hundred bell towers
Every time they destroy a building
They erase a part of my past
 
Submitted by Jethro Paris on Thu, 19/10/2017 - 15:35
Orelsan: Top 3
Idioms from "Dans ma ville, on ..."
See also
Comments