Friedrich Hölderlin - An die Parzen (French translation)

German

An die Parzen

 
Nur Einen Sommer gönnt, ihr Gewaltigen!
 Und einen Herbst zu reifem Gesange mir,
  Daß williger mein Herz, vom süßen
   Spiele gesättiget, dann mir sterbe
 
Die Seele, der im Leben ihr göttlich Recht
 Nicht ward, sie ruht auch drunten im Orkus nicht;
  Doch ist mir einst das Heil'ge, das am
   Herzen mir liegt, das Gedicht, gelungen;
 
Willkommen dann, o Stille des Schattenwelt !
 Zufrieden bin ich, wenn auch mein Saitenspiel
  Mich nicht hinab geleitet ; Einmal
   Lebt ich, wie Götter, und mehr bedarfs nicht.
 
Submitted by Guernes on Fri, 09/03/2018 - 18:54
Last edited by Coopysnoopy on Tue, 20/03/2018 - 14:45
Align paragraphs
French translation

Aux Parques (Gustave Roud)

Versions: #1#2#3#4
Un seul, un seul été... Faîtes-m'en don, Toutes-Puissances !
 Un seul automne où le chant en moi vienne à mûrir,
  Pour que mon cœur, de ce doux jeu rassasié,
   Sache se résigner alors, et meure.
 
L'âme à qui fut déniée, vivante, sa part divine,
 Cherche en vain le repos dans la ténèbre de l'Orcus.
  Mais qu'un jour cette chose sainte en moi, ce cœur
   De mon cœur, le Poème, ait trouvé naissance heureuse :
 
Béni soit ton accueil, ô silence du pays des ombres !
 Vers toi je descendrai, les mains sans lyre et l'âme
  Pourtant pleine de paix. Une fois, une seule,
   J'aurai vécu pareil aux dieux, Et c'est assez.
 
Traduction Gustave Roud 1942
 
Tous droits réservés © Christian Guernes (pour les traductions en français, sauf indication contraire ; lien vers le source, etc.)
Submitted by Guernes on Fri, 09/03/2018 - 19:13
More translations of "An die Parzen"
FrenchGuernes
See also
Comments