Marie de France - Lai du Chievrefoil (French translation)

French (Old French)

Lai du Chievrefoil

 
. c. Asez me plest e bien le voil
Del lai que hum nume Chievrefoil
Que la verité vus en cunt
E pur quei il fu fet e dunt.
 
. nc. Plusurs le me unt cunté e dit
E jeo l'ai trové en escrit
De Tristram e de la reïne,
De lur amur que tant fu fine,
Dunt il eurent meinte dolur,
Puis en mururent en un jur.
. c. Li reis Marks esteit curucié,
Vers Tristram sun nevuz irié;
De sa tere le cungea
Pur la reïne qu'il ama.
En sa cuntree en est alez;
En Suhtwales, u il fu nez,
Un an demurat tut entier,
Ne t ariere repeirier;
. nc. Mes puis se mist en abandun
De mort e de destructïun.
Ne vus esmerveilliez neent:
Kar ki eime mut lëalment,
Mut est dolenz e trespensez,
Quant il nen ad ses volentez.
. c. Tristram est dolent e pensis:
Pur ceo se met de sun païs.
En Cornvaille vait tut dreit,
La u la reïne maneit.
En la forest tut sul se mist,
Ne voleit pas que hum le veïst;
. nc. En la vespree s'en eisseit,
Quant tens de herberger esteit;
. c. Od païsanz, od povre gent
Perneit la nuit herbergement.
. nc. Les noveles lur enquereit
Del rei cum il se cunteneit.
. c. Ceo li dïent qu'il unt oï
Que li barun erent bani,
A Tintagel deivent venir,
Li reis i veolt sa curt tenir,
. nc. A pentecuste i serunt tuit;
Mut i avra joie e deduit,
E la reïnë i sera.
Tristram l'oï, mut se haita:
Ele ne purrat mie aler
K'il ne la veie trespasser.
. c. Le jur que li rei fu meüz,
E Tristram est al bois venuz
Sur le chemin quë il saveit
Que la rute passer deveit,
Une codre trencha par mi,
Tute quarreie la fendi.
Quant il ad paré le bastun,
De sun cutel escrit sun nun.
Se la reïne s'aparceit,
Que mut grant gardë en perneit-
. nc. Autre feiz li fu avenu
Que si l'aveit aparceü-
. c. De sun ami bien conustra
Le bastun quant el le verra.
Ceo fu la summe de l'escrit
Qu'il li aveit mandé e dit:
. nc. Que lunges ot ilec esté
E atendu e surjurné
Pur espïer e pur saver
Coment il la peüst veer,
Kar ne pot nent vivre sanz li;
D'euls deus fu il (tut) autresi
. c. Cume del chievrefoil esteit
Ki a la codre se perneit:
Quant il s'i est laciez e pris
E tut entur le fust s'est mis,
. nc. Ensemble poënt bien durer;
Mes ki puis les volt desevrer,
Li codres muert hastivement
E li chievrefoil ensement.
. c. «bele amie, si est de nus:
Ne vus sanz mei, ne mei sanz vus!»
La reïne vait chevachant;
Ele esgardat tut un pendant,
Le bastun vit, bien l'aparceut,
Tutes les lettres i conut.
. nc. Les chevalers que la menoënt,
Quë ensemblë od li erroënt,
Cumanda tuz (a) arester:
Descendre vot e resposer.
Cil unt fait sun commandement.
Ele s'en vet luinz de sa gent;
Sa meschine apelat a sei,
Brenguein, que fu de bone fei.
. c. Del chemin un poi s'esluina;
Dedenz le bois celui trova
Que plus l'amot que rein vivant.
Entre eus meinent joie (mut) grant.
. nc. A li parlat tut a leisir,
E ele li dit sun pleisir;
Puis li mustre cumfaitement
Del rei avrat acordement,
E que mut li aveit pesé
De ceo qu'il (l)'ot si cungïé;
Par encusement l'aveit fait.
Atant s'en part, sun ami lait;
. c. Mes quant ceo vient al desevrer,
Dunc comenc(er)ent a plurer.
Tristram a Wales s'en rala,
Tant que sis uncles le manda.
 
Pur la joie qu'il ot eüe
De s'amie qu'il ot veüe
. nc. E pur ceo k'il aveit escrit,
Si cum la reïne l'ot dit,
Pur les paroles remembrer,
. c. Tristram, ki bien saveit harper,
En aveit fet un nuvel lai;
. nc. Asez briefment le numerai:
. c. Gotelef l'apelent en engleis,
Chievrefoil le nument Franceis.
Dit vus en ai la verité
Del lai que j'ai ici cunté.
 
Submitted by Guernes on Sat, 24/02/2018 - 14:32
Submitter's comments:

. nc. non chanté
. c. chanté

Align paragraphs
French translation

Lai du Chèvrefeuille

Versions: #1#2
Assez me plait et bien le veux
Du lai que l’on nomme Chèvrefeuille
Que la vérité vous en conte
Et pour quoi il fut fait et dont.
 
Plusieurs me l’on conté et dit
Et jà l’ai trouvé en écrit
De Tristan et de la reine,
De leur amour qui tant fut fine
Dont ils eurent mainte douleur,
Puis en moururent en un jour.
Le rois Marc était courroucé,
Vers Tristan son neveu irié 1
De sa terre le congédia
Pour la reine qu’il aima.
En sa contrée en est allé ;
En Galles du Sud, où il fut naît,
Un an demeura tout entier,
Ni t’arrière retourner2 ;
Mais puis se mit en abandon
De mort et de destruction.
Ni vous émerveillez néant
Car qui aime moult loyalement
Moult est dolent et très-pensant,
Quand il n’en a ses volontés.
Tristan est dolent et pensif ;
Pour cela se met de son pays.
En cornouaille va tout droit
La où la reine manait.3
En la forêt tout seul se mît,
Ne voulait pas qu’on le vît ;
En la vêprée s’en essait, 4
Quand temps d’héberger était ;
Avec5 paysans, avec pauvres gens
Prenait la nuit hébergement.
Les nouvelles lui enquéraient
Du roi comme il se contenait.
Cela lui disent ce qu’ils ont ouï
Que les barons étaient bannis,
À Tintagel doivent venir,
Le roi y veut sa cour tenir,
À Pentecôte y seront tous ;
Moult y aura joie et déduit,
Et la reine y sera.
Trintan l’oyant, moult se hâta :
Il ne pourra mais aller
Qu’il ne la vit trépasser.
Le jour que le roi fut mus,6
Et Tristan est au bois venu
Sur le chemin qu’il savait
Que la route passer devait
Une coudre trancha par mi(lieu),
Toute équarrie7 la fend.
Quand il a paré le bâton,
De son couteau écrit son nom.
Si la reine s’apparaissait,
Que moult grand gardé en prenait -
Autre fois lui fut advenu
Que si l’avait aperçue -
De son ami bien (re)connaîtra
Le bâton quand il le verra.
Cela fut la somme de l’écrit
Qu’il lui avait mandé et dit :
Que longtemps eut lieu été
Et attendu et séjourné
Pour épier et pour savoir
Comment il la put voir,
Car ne peut nent8 vivre sans lui ;
D’eux deux fut il (tout) autressi (pareillement)
Comme du chèvrefeuille était
Qui à la coudre se prenait :
Quand il s’y est (en)lacé et pris
Et tout autour le fût s’est mis,
Ensemble peuvent bien durer ;
Mais qui puis les veut désœuvrer,
Le coudre est mort hâtivement
Et le chèvrefeuille ensement(ainsi, de cette façon)
Belle amie, si est de nous :
« Ni vous sans moi, ni moi sans vous ! »
La reine allait chevauchant ;
Elle égardait (surveiller) tout un pendant,
Le bâton, bien l’aperçut,
Toutes les lettres y (re)connut.
Les chevaliers qui la menaient,
Qui ensemble avec elle erraient,
Commanda tous à s’arrêter :
Descendre veut et se reposer.
Celui-ci eut fait son commandement.
Elle s’en va loin de sa gente (ses gens) ;
Sa machine (son page) appela à soi,
Brengein, qui fut de bonne foi.
Du chemin un peu s’éloigna ;
Dedans le bois celui trouva
Que plus l’aimé que rien vivant.
Entre eux mènent joie (moult) grande.
À lui parla tout à loisir,
Et elle lui dit son plaisir ;
Puis lui montre confaitement (de quelle manière)
Du roi aura accordement,
Et qui moult lui avait pesé
De cela qu’il l’eut congédié ;
Par encusement (accusation) l’avait fait.
Atant (à ce moment-là) s’en partir, son ami laisse
Mais quand cela vient la dessevrée (la séparation)
Donc commencèrent à pleurer.
Tristan en Galles s’en (r)alla (retourna)
Tant que ses oncles le mandaient.
 
Pour la joie qu’ils ont eue
De son amie qu’il eut vue
Et pour cela qu’il avait écrit,
Si comme la reine l’eut dit,
Pour les paroles remembrer (se souvenir),
Tristan qui bien savait harper (jouer de la harpe)
En avait fait un nouveau lai ;
Assez brièvement le nommerai :
Gotelef l’appellent les anglais,
Chèvrefeuille le nomment Français.
Dit, vous en ait la vérité
Du lai que j’ai ici conté.
 
  • 1. Du latin īrātus; Fâché en colère
  • 2. Reparaître
  • 3. du latin manere, habiter
  • 4. du latin exīre, s’en aller
  • 5. Od du latin apud
  • 6. Participe passé de mouvoir -> donc venus
  • 7. mise au carré
  • 8. variante de nient : rien
Tous droits réservés © Christian Guernes (pour les traductions en français, sauf indication contraire ; lien vers le source, etc.)
Submitted by Guernes on Sat, 24/02/2018 - 18:28
Author's comments:

TRANSCRIPTION LITTERALE

More translations of "Lai du Chievrefoil"
FrenchGuernes
See also
Comments