Russia is waging a disgraceful war on Ukraine. Stand With Ukraine!

Le Chant du Départ (Spanish translation)

French
French
A A

Le Chant du Départ

La victoire en chantant
Nous ouvre la barrière.
La Liberté guide nos pas.
Et du Nord au Midi
La trompette guerrière
A sonné l'heure des combats.
Tremblez ennemis de la France
Rois ivres de sang et d'orgueil.
Le Peuple souverain s'avance,
Tyrans descendez au cercueil.
 
La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Français doit mourir.
 
De nos yeux maternels ne craignez pas les larmes :
Loin de nous de lâches douleurs !
Nous devons triompher quand vous prenez les armes :
C'est aux rois à verser des pleurs.
Nous vous avons donné la vie,
Guerriers, elle n'est plus à vous ;
Tous vos jours sont à la patrie :
Elle est votre mère avant nous.
 
La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Français doit mourir.
 
Que le fer paternel arme la main des braves ;
Songez à nous au champ de Mars ;
Consacrez dans le sang des rois et des esclaves
Le fer béni par vos vieillards ;
Et, rapportant sous la chaumière
Des blessures et des vertus,
Venez fermer notre paupière
Quand les tyrans ne seront plus.
 
La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Français doit mourir.
 
De Barra, de Viala le sort nous fait envie ;
Ils sont morts, mais ils ont vaincu.
Le lâche accablé d'ans n'a point connu la vie :
Qui meurt pour le peuple a vécu.
Vous êtes vaillants, nous le sommes :
Guidez-nous contre les tyrans ;
Les républicains sont des hommes,
Les esclaves sont des enfants.
 
La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Français doit mourir.
 
Partez, vaillants époux ; les combats sont vos fêtes ;
Partez, modèles des guerriers ;
Nous cueillerons des fleurs pour en ceindre vos têtes :
Nos mains tresserons vos lauriers.
Et, si le temple de mémoire
S'ouvrait à vos mânes vainqueurs,
Nos voix chanteront votre gloire,
Nos flancs porteront vos vengeurs.
 
La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Français doit mourir.
 
Et nous, sœurs des héros, nous qui de l'hyménée
Ignorons les aimables nœuds ;
Si, pour s'unir un jour à notre destinée,
Les citoyens forment des vœux,
Qu'ils reviennent dans nos murailles
Beaux de gloire et de liberté,
Et que leur sang, dans les batailles,
Ait coulé pour l'égalité.
 
La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Français doit mourir.
 
Sur le fer devant Dieu, nous jurons à nos pères,
À nos épouses, à nos sœurs,
À nos représentants, à nos fils, à nos mères,
D'anéantir les oppresseurs :
En tous lieux, dans la nuit profonde,
Plongeant l'infâme royauté,
Les Français donneront au monde
Et la paix et la liberté.
 
La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Français doit mourir.
 
Submitted by FloppylouFloppylou on Mon, 18/02/2019 - 19:34
Submitter's comments:

Chant révolutionnaire, écrit en 17941. Il fut utilisé lors de la Première Guerre mondiale pour exalter les soldats partant au front lors de la mobilisation.
Ce chant est parfois appelé "Frère de la Marseillaise".
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chant_du_d%C3%A9part

Spanish translationSpanish
Align paragraphs

Canción de la Partida

La victoria, cantando
Nos abre las puertas.
La libertad guía nuestros pasos.
Y del norte al sur
La trompeta guerrera
Ha sonado la hora de las batallas.
Temblad, enemigos de Francia,
Reyes ebrios de sangre y orgullo.
El Pueblo soberano se avanza,
Tiranos, descended al sepulcro.
 
La República nos llama,
Sepamos vencer, o sepamos perecer.
Un francés debe vivir por ella,
Por ella, un francés debe morir.
 
De nuestros ojos maternales
No temáis las lágrimas:
Lejos de nos, ¡tal cobarde dolor!
Nosotras deberemos triunfar
cuando vosotros toméis las armas:
Son los reyes los que deben llorar.
Nosotras os hemos dado la vida,
Guerreros, ya no os pertenece más;
Todos vuestros días son para Patria:
Ella es vuestra madre antes que nosotras.
 
La República nos llama,
Sepamos vencer, o sepamos perecer.
Un francés debe vivir por ella,
Por ella, un francés debe morir.
 
Que el hierro paternal
arme la mano de los bravos;
Pensad en nosotros en el campo de Marte;
Consagrad en la sangre
de reyes y esclavos
El hierro bendito por vuestros viejos;
Y, trayendo de vuelta a casa
Heridas y virtudes,
Venid, y cerrad nuestros ojos,
Cuando ya los tiranos no sean más.
 
La República nos llama,
Sepamos vencer, o sepamos perecer.
Un francés debe vivir por ella,
Por ella, un francés debe morir.
 
De Barra y de Viala;
Envidiamos los destinos
Murieron, pero vencieron.
El cobarde agobiado por la edad
jamás conoció la vida;
Quien muere por el pueblo ha vivido.
Vosotros son valientes, y nosotros también:
Guíennos contra los tiranos;
Los republicanos son hombres,
Los esclavos son niños.
 
La República nos llama,
Sepamos vencer, o sepamos perecer.
Un francés debe vivir por ella,
Por ella, un francés debe morir.
 
Partid, valientes esposos;
las luchas son vuestras fiestas ;
Partid, modelos de guerreros ;
Nosotras cortaremos flores
para ceñir vuestras cabezas :
Nuestras manos trenzaran vuestros laureles.
Y si el templo de la memoria
Se abre para vuestros almas vencedores
Nuestras voces cantarán vuestra gloria,
Nuestros vientres llevaran vuestros vengadores.
 
La República nos llama,
Sepamos vencer, o sepamos perecer.
Un francés debe vivir por ella,
Por ella, un francés debe morir.
 
Y nosotras, hermanas de héroes,
nosotras quien del casamiento
Ignoramos los lazos amables;
Si, de unirse
a nuestro destino,
Los ciudadanos expresan el deseo,
Que vuelvan a nuestros muros
Bellos de gloria y de libertad,
Y que su sangre, en la batalla,
Haya corrido para la igualdad.
 
La República nos llama,
Sepamos vencer, o sepamos perecer.
Un francés debe vivir por ella,
Por ella, un francés debe morir.
 
Con nuestras armas, ante Dios,
juramos a nuestros padres,
A nuestras esposas, a nuestras hermanas,
A nuestros representantes,
a nuestros hijos, a nuestras madres,
Aniquilar los opresores:
En todos lados, en la noche profunda,
Sumergiendo la infame realeza,
Los franceses darán al mundo
y la paz y la libertad.
 
La República nos llama,
Sepamos vencer, o sepamos perecer.
Un francés debe vivir por ella,
Por ella, un francés debe morir.
 
Thanks!

Feel free to use this translation if referenced (e.g on Wikipedia by putting URL of translation).

This work is not copyrighted. / Nhenhe warrke arrangkwe kapirayte (copyright).

Submitted by AussieMinecrafterAussieMinecrafter on Sun, 03/07/2022 - 11:07
Comments
Read about music throughout history