Arthur Rimbaud - Une saison en enfer - 012 - Délires - II - Alchimie du verbe 01

français

Une saison en enfer - 012 - Délires - II - Alchimie du verbe 01

. . À moi. L’histoire d’une de mes folies.
 
. . Depuis longtemps je me vantais de posséder tous les paysages possibles, et trouvais dérisoires les célébrités de la peinture et de la poésie moderne.
 
. . J’aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques, enseignes, enluminures populaires ; la littérature démodée, latin d’église, livres érotiques sans orthographe, romans de nos aïeules, contes de fées, petits livres de l’enfance, opéras vieux, refrains niais, rythmes naïfs.
 
. . Je rêvais croisades, voyages de découvertes dont on n’a pas de relations, républiques sans histoires, guerres de religion étouffées, révolutions de mœurs, déplacements de races et de continents : je croyais à tous les enchantements.
 
. . J’inventai la couleur des voyelles ! — A noir, E blanc, I rouge, O bleu, U vert. — Je réglai la forme et le mouvement de chaque consonne, et, avec des rythmes instinctifs, je me flattai d’inventer un verbe poétique accessible, un jour ou l’autre, à tous les sens. Je réservais la traduction.
 
. . Ce fut d’abord une étude. J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Je fixais des vertiges.
 
Publié par Guernes le Ven, 03/11/2017 - 19:30
Modifié pour la dernière fois par Guernes le Jeu, 09/11/2017 - 17:49
Merci !

 

Commentaires