Guillaume Apollinaire - Automne malade (traduction en hongrois)

français

Automne malade

Automne malade et adoré
Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers
 
Pauvre automne
Meurs en blancheur et en richesse
De neige et de fruits mûrs
Au fond du ciel
Des éperviers planent
Sur les nixes 1 nicettes 2 au cheveux verts et naines
Qui n’ont jamais aimé
 
Aux lisières lointaines
Les cerfs ont bramé
 
Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuile à feuille
   Les feuilles
   Qu’on foule
   Un train
   Qui roule
   La vie
   S’écoule
 
  • 1. Nixes : nymphes des eaux dans les mythologies germanique et nordique
  • 2. Nicettes : simples d'esprit, naïves
Publié par Guernes le Dim, 10/07/2016 - 11:12
Modifié pour la dernière fois par Guernes le Dim, 22/04/2018 - 19:24
Commentaires:

Poème du cycle d'Annie Playden
.

Aligner les paragraphes
traduction en hongrois

Nagybeteg ősz

Imádott ősz te nagybeteg
Meghalsz ha orkán dúlja majd a rózsakerteket
Ha leesett a hó a
Szőlőkarókra
 
Szegény kis ősz
Az ért gyümölcsök és havak
Gazdag fehérségébe halj
Fönn a magasban
Már karvalyok köröznek
A csacska zöldhajú kis hablányok fölött
Kik sohasem szerettek
 
Messzi mesgyék között
Szarvasok üzekednek
 
Ó hogy szeretem én bús évszak ezt a zsongást
Hangját a magától hulló gyümölcsnek
A szelet és erdőt ahogy lásd
Elejti levelét egyenként mint a könnyet
    A lombot
    Ha lehullik
    Egy vonat ha
    Elhúz itt
    Az életet
    Ha múlik
 
Tous droits réservés © Christian Guernes (pour les traductions en français, sauf indication contraire ; lien vers le source, etc.)
Publié par Guernes le Ven, 29/07/2016 - 10:39
Commentaires de l’auteur(e) :

Fordítás - Somlyó György

Plus de traductions de « Automne malade »
hongroisGuernes
Guillaume Apollinaire: Top 3
Voir aussi
Commentaires