Ẓẓay fell-i (traduction en français)

kabyle
A A

Ẓẓay fell-i

Ass-a yerza-d fell-i lxiq
D lxiq i d-izeggiren i rwaḥ
Xas deg ul-iw d iceqqi
Iban webrid-is yertaḥ
Ẓẓay fell-i ad awen-iniɣ
Wissen ma anɛiwed ad nemlil
Ameslay ẓiden ur t-ufiɣ
I demmar i d-yegra lmil
Teẓri akken ay ẓriɣ
Ɣef wayen yelhan ḥed ur yerwil
Ttwab deg uḍar it-rriɣ
Ass-agi abrid ad t-nektil
Ɣer deffir ayen akk ǧǧiɣ
Kukreɣ ad neqlabaɣ
Wissen yiwwas ad zziɣ
Wissen d aɣrib ad neṭleɣ
Ẓẓay fell-i ad awen-iniɣ
A tiɣaltin deg nnummeɣ
Ay assif deg tteɣniɣ
Ur uɣaleɣ ad ttasseɣ
Xas ma ruḥeɣ ad ttmektiɣ
Ccbaḥa n wedrar nneɣ
Gar wallen-iw akken ttawiɣ
Ur ttɛawadeɣ aken-kseɣ
Tawwurt n temẓi i yerriɣ
Medleɣ-tt ɣef wayen iɛeddan
Medleɣ-tt ɣef wayen ttmeniɣ
Ǧǧiɣ-ten yid-i ur ddan
Ẓẓay fell-i ad awen-iniɣ
A ken-ǧǧeɣ a wid iderban
Tettwalim akken ttwaliɣ
Di ṣber ulawen akk wwan
Ad ruḥeɣ s anga ur ẓriɣ
Ur d-yecqi ad awḍeɣ kan
Lxetyar wellah ur tesɛiɣ
D Ṣin neɣ d Marikan
D lesnin i d as-neqqar
Azekka ccedda ad tifsus
Kul ass yettzad uxṣar
Tarewla uqbel ad nimsus
Ẓẓay fell-i ad awen-iniɣ
Ad ruḥeɣ ay imeddukal
Tikwal aken-id-ttmektiɣ
Ma yeǧǧa-ken-id uḥemmal
Mačči d zhu i ttnadiɣ
Xas ma bɣiɣ-t ifut lḥal
Xtareɣ cceḥna a ttɛebiɣ
Wala ad iyi-inehren yeɣyal
Ad ruḥeɣ mebla asirem
Ad ruḥeɣ mebla imeṭṭi
Ad ruḥeɣ mebla axemmem
Alama ɛyiɣ di tikli
Ẓẓay fell-i ad awen iniɣ
Ad ruḥeɣ aken ǧǧeɣ irkeli
Xas deg ubrid-iw ẓriɣ
Yal ugur yettraǧu-yi
Xas kul mi ara kreɣ ad ɣliɣ
Xas lmuja ad i-tawi
Di lemḥayen ad ttmektiɣ
Ass-a ur yecbi iḍelli
Ayen yettɛebbi wallaɣ
D ayen ur ttɛebint tuyat
Lukan i zher i ɛarqeɣ
Yili ɣef wayen i nenuda nufat
Ẓẓay fell-i ad awen-iniɣ
A wid yettraǧun talwit
Akk yidwen ur tt-ufiɣ
Ur tettbeddil ddunit
Deg usirem ur ttekkiɣ
Nessarem ṣbeḥ tameddit
Akka seg wasmi i d-cfiɣ
Leɛmeṛ i d aɣ-teǧǧa twaɣit
Ay iṭṭij id-icerqen
Anda a yi-d-tafeḍ azekka
Ma qqimeɣ ad cbuɣ
Teɛdel tudert d uẓekka
Ẓẓay fell-i ad awen-iniɣ
Ay iẓekwan aken-ǧǧaɣ
Ɣef teblaḍin ttɣimiɣ
Ur mazal ad qqimeɣ
Mulac ɣur-wen ttcabiɣ
Wissen ma mmuteɣ neɣ ddreɣ
D acu lxilaf ttwaliɣ
Kunwi teẓlem nekk beddeɣ
D awḥid i lliɣ gar-awen
Ur tesɛaḍ ay bedlen fell-i
Tennam asmi lliɣ yid-wen
“Yella amzun ur yelli”
Ẓẓay fell-i ad awen-iniɣ
Ay irfiqqen-iw a ken-ttuɣ
Waqila akken bɣuɣ iliɣ
Tabrat ur tt-id-ttaruɣ
Ma yella rbeḥ ay ufiɣ
Ulayɣer ad awen-ḥkuɣ
Ma d lexṣara deg ara ɣliɣ
Weḥdi kan ara ttefruɣ
Ayen akk ẓiden ur t-nessin
Meqqar terẓeg nenumi-tt
Ad nsafer mebɣir aɛwin
Ur telli zyada newi-tt
Ẓẓay fell-i ad awen-iniɣ
Ma ǧǧiɣ-ken d acu xeṣreɣ
Di lɣerba ulac ay sɛiɣ
Ma gar-awen zgiɣ xuṣṣeɣ
Ur yelli d acu i ǧǧiɣ
Ad iɣaḍ a t-sruḥaɣ
Gar-awen d acu ay swiɣ
Ur znuzuɣ ur ttaɣeɣ
Lḥila i ketben tenɣel
Ad neɛmer anda nniḍen
Ad netbeɛ anṣib ma yerwel
D akessar neɣ d assawen
Ẓẓay fell-i ad awen-iniɣ
Ad ruḥeɣ awen ǧǧeɣ layas
Ayla-w fell-as ad nadiɣ
Kunwi tettraǧum-t kul ass
Nekk xtareɣ ad steqsiɣ
Ad ruḥeɣ ad qelbeɣ fell-as
Mi ṛwiɣ laɛtab yak ẓriɣ
Ad t-id-magreɣ yiwwas
 
Publié par Rafik Haddadene 1Rafik Haddadene 1 Sam, 28/11/2020 - 10:27
traduction en françaisfrançais
Aligner les paragraphes

Il me peine de vous dire

La le chagrin m’enveloppe,
Qui précède tout départ ;
Bien que mon cœur soit fendu,
La voie qui l’apaise est claire :
Il me peine de te dire,
Nous reverrions-nous un jour,
Car point de douce parole
Qui eut pu me consoler ;
Je le sais et tu le sais,
Nul ne fuit les bonnes choses,
Mais je repars du bon pied
Et parcourrai les chemins.
Laissant tout derrière moi,
J’hésite à me retourner ;
Reviendrais-je peut-être un jour,
Mourrais-je en exil peut-être ;
Il me peine de vous dire,
Crêtes que je parcourais
Et rivière ou je chantais,
Que je ne reviendrai plus ;
Mais je garde en souvenir
La beauté de nos montagnes
Qui hanteront ma vision
Dont je garderai l’image.
J’ai enferme ma jeunesse,
Avec elle le passe,
Avec elle l’espoir,
Et je partirai sans eux ;
Il me peine de vous dire,
Vous qui m’avez éduque,
Qui voyez comme je vois,
De patience, les cœurs enragent
Je pars et je ne sais ou
Pourvu que je parvienne
De choix je n’en ai aucun
En Chine ou en Amérique.
Depuis longtemps j’espérais
Que les souffrances s’allègent ;
Car s’aggrave mon malheur,
Je fuirai tant qu’il est temps
Il me peine de vous dire,
Compagnons, que je m’en vais,
Je me souviendrai de vous
Si le chaos vous épargne;
Je ne cherche pas les plaisirs
Car pour moi il se fait tard ;
Mieux vaut la critique acerbe
Que le pouvoir des bourriques.
Je pars sans le moindre espoir,
Je pars sans la moindre larme,
Je pars sans réflexion,
Jusqu’a ce que la marche m’épuise ;
Il me peine de vous dire
Que je vous quitterai tous ;
Bien que je sache mon chemin
Jalonne de traquenards,
Bien que je doive échouer,
Bien que la vague m’emporte,
Au souvenir des souffrances,
Aujourd’hui n’est plus comme hier.
Ce qu’endure mon cerveau,
Est trop lourd pour mes épaules ;
Si cela ne tenait qu’au sort,
L’effort aurait fructifie;
Il me peine de vous dire,
Vous qui attendez la paix,
Qu’avec vous je ne l’ai vue,
Qu’on ne peut changer le monde ;
Je n’ai plus aucun espoir
Bien qu’on ait tant espéré,
Autant que je m’en souvienne,
Nos drames sont innombrables
Toi soleil qui te lève,
Ou me trouveras-tu demain ?
Si je reste comme les autres,
La vie serait telle une tombe ;
Il me peine de vous dire,
Tombes, je vous laisserai,
Sur vos dalles je m’asseyais
Mais je ne m’assoirais plus,
Car je vous ressemblerais,
Serais-je mort ou vivant ?
La seule différence est
Que vous êtes étendus et je suis debout.
Solitaire parmi vous,
Quel changement y aurait-il ?
Lorsque j’étais parmi vous,
Pour vous je n’existais pas ;
Il me peine de vous dire,
Amis, je vous oublierais,
Et quelle que soit mon destin
Peut-être vous écrirais-je :
Si je trouve le bonheur,
Qu’aurais-je à vous raconter ?
Et si ma perte est mon lot
Je serai seul responsable.
N’ayant connu la douceur,
Habitue d’amertume,
Je partirai sans viatique
Ni quelque fruit de magouille ;
Il me peine de vous dire,
Que perdrais-je a vous quitter ?
Mon exil est sans ressources
Et parmi vous je défaille ;
Je ne laisse rien qui vaille
Qui me peine et que je perde :
Parmi vous quel mérite ai-je,
Moi qui ne vends ni n’achète.
La coupe de destin vidée,
J’irai puiser autre part,
Je suivrai mon lot qui fuit,
Et irai par monts et vaux;
Il me peine de vous dire,
Je vous laisse votre espoir
Et m’en vais quêtant le mien
Tandis que vous l’attendez ;
J’ai choisi de le chercher
Et d’aller a sa rencontre,
Je sais qu’au bout de ma peine
Je le surprendrai un jour
 
Merci !
Publié par Rafik Haddadene 1Rafik Haddadene 1 Sam, 28/11/2020 - 10:32
Source de la traduction :
Publicités
Lounis Aït Menguellet: Top 3
Commentaires
Read about music throughout history