Helvegen (फ्रेंच में अनुवाद)

Advertisements
फ्रेंच में अनुवादफ्रेंच
A A

Le chemin des morts

Qui chante ?
Quand je sombre dans ce sommeil mortel,
Sur les sentiers de Hel.
Foulant le sol.
Il fait froid, si froid.
 
J'ai recherché ce chant,
Je l'ai envoyé.
Alors le plus profond des puits,
M'a donné des larmes amères,
Provenant du serment d'Alfadr.
 
Je sais Odin,
A qui tu as laissé ton œil.
 
Qui chante ?
Quand je sombre dans ce sommeil mortel,
Sur les sentiers de Hel.
Foulant le sol.
Il fait froid, si froid.
 
Tôt ou tard,
Le corbeau saura si je tombe.
 
Lorsque que tu te tiendras devant la porte de l'enfer,
Remué par les larmes,
Je te suivrai.
Sur le Gjallarbrú, je chanterai.
 
Tu seras libéré des liens qui t'enchaînent,
Tu es libéré de ces liens.
 
"Le troupeau meurt, les parents meurent,
Ainsi qu'un jour soi-même,
Ce qui ne meurt jamais chez l'Homme,
C'est sa renommé"
 
"Le troupeau meurt, les parents meurent,
on meurt aussi,
Une seule ne se perds jamais,
Le jugement tenu sur chaque trépassé."
 
AlfarSighildAlfarSighild द्वारा गुरु, 02/07/2015 - 18:35 को जमा किया गया
आख़िरी बार रवि, 12/07/2015 - 09:17 को AlfarSighildAlfarSighild द्वारा संपादित
लेखक के कमेन्ट:

On retrouve dans ce chant la légende de l’œil unique d'Odin.
"Sous la racine dirigée vers les géants du givre se trouve Mimisbrunn, qui recèle la sagesse et l'intelligence. Celui qui possède cette source s'appelle Mimir : il est très savant, car il y boit à l'aide de la corne appelée Giallarhorn. Alfadr (Odin) vint à la source et demanda à en boire une gorgée, mais il ne l'obtint pas avant d'avoir mis en gage l'un de ses yeux" (Snorri Sturluson, François-Xavier Dillmann, L'Edda : récits de mythologie nordique, Paris, Gallimard, 1991, p. 46)
Les deux dernière strophe sont les versets 76 et 78 du Hàvàmàl (Dits du Très Haut). http://www.sagesse-primordiale.com/Havamal.htm

नॉर्वेजियाईनॉर्वेजियाई

Helvegen

कमेन्ट