Gérard Manset - Camion bâché (Angol translation)

Francia

Camion bâché

Camion dans la nuit
Camion bâché
Comme un ballon lâché
D'illusions, d'espoirs
Et le sang taché
Sangles attachées
Ne plus rien vouloir
D'une époque à vomir
Ne plus rien dire
Rouler dans le noir
Par les rêves attaqués
Sur les bas-côtés
Du désespoir
 
Camion dans le noir
S'en va ce soir
Pour ne plus revenir
Sur la banquette arrière
De skaï noir
Un enfant respire
 
Une fille aux yeux clairs
Aux membres fragiles
Dort dans un linge
Comme une plume d'ange
Dans un lange
Tombé des cieux
 
Et dans le bruit des essieux
Le vacarme d'enfer
Du camion de fer
 
Camion dans la nuit
Que savez-vous de lui
De ce qu'il laisse encore
De tristes décors
Piétiné le reste
Quand le monde a la peste
Ce qu'il lui reste
C'est la forme endormie
Dans une couverture
Sur la banquette dure
C'est la seule figure
Le seul paysage
Debout comme un mirage
Le visage de l'ange
Qui dort dans son lange
Tombe des cieux
 
Et dans le bruit des essieux
Le vacarme d'enfer
Du camion de fer
Camion
 
Tout ce qui lui reste
Si le monde a la peste
C'est la forme endormie
 
Camion dans la nuit
Camion blindé
Depuis tant d'années
Tant de coups bas
Sans lumières et sans mats
Lampes arrachées
Camion s'en va
D'une époque à vomir
L'histoire dira
Ce qu'il faut retenir
Sur un tronc d'acacia
Hurlement de pneus
Vitre en éclats
 
Camion broyé
Et sur son cahier
Trois lignes encore
Trois mots rayés
Les trois mots d'un noyé
Dont on repêche le corps
Par une nuit sans lune
Une main passée
Dans les boucles brunes
Sur le front de l'ange
Dans son lange
Tombé des cieux
 
Et dans le bruit des essieux
Le hurlement d'enfer
Du camion de fer
 
Camion dans la nuit
Camion brisé
Vitres irisées
Jonchant le sol
Dans un creux chemin
Ecrasant la main
Dont l'âme s'envole
Qui respire encore
Comme ensorcelé
Caressant le corps
Et la nuque grise
D'adulte broyé
Où les os se brisent
Dans le camion bâché
Eclaté devant
Où passe le vent
Pour aller sécher
Le front de l'enfant
De larmes mouillé
 
Dans le camion bâché
Eclaté devant
Où passe le vent
Pour aller sécher
Le front de l'enfant
De larmes mouillé
 
Camion sanctifié
De terre soulevé
Droit vers les cieux
Le reste effacé
L'arbre enfoncé
En son milieu
L'habitacle ouvert
Sur le tapis vert
De mousse indolore
L'ange aux cheveux clairs
Regarde son père
Conduire encore
 
Camion dans la nuit
Camion
Camion
Camion
Camion
Camion
 
Kűldve: batay Szerda, 24/01/2018 - 05:12
Last edited by batay on Csütörtök, 15/03/2018 - 06:10
Align paragraphs
Angol translation

Covered truck

Truck in the night
Covered truck
Like a released balloon
Illusions, hopes
And blood stained
Straps tied-down
No more desire
No longer saying anything
Of a loathesome era
Driving in the darkness
Hit by dreams
On the waysides
Of desperation
 
Truck in the darkness
Drives away this evening
And will not come back
In the back seat
Of black leatherette
A child breathes
 
A fair-eyed girl
With frail limbs
Sleeps in a cloth
Like an angel feather
In a flannel blanket
Fallen from heavens
 
And in the rhythm of axles
The awful din
Of the iron truck
*
Truck in the night
What do you know about him
How many sad settings
He also leaves behind
The rest has been disregarded
When the world is sick
What is left to him
Is the shape that sleeps
In a blanket
On the rugged seat
She's the only figure
The only landscape
Standing like a mirage
The face of the angel
That sleeps in her flannel blanket
Fallen from heavens
 
And in the rhythm of axles
The awful din
Of the iron truck
Truck...
 
All that is left to him
When the world is sick
Is the shape that sleeps
 
Truck in the night
Armored truck
For so many years
So many low blows
Without lights and masts
Lanterns torn
Truck rolls away
From a loathesome era
History will tell
What should be remembered
On an acacia tree trunk
Tires howling
Windows bursting
 
Crushed truck
And in his notebook
Three more lines
Three crossed-off words
The three words of a drowned man
Whose body is recovered
During a moonless night
One hand through
The brown curls
On the angel's forehead
In her flannel blanket
Fallen from heavens
 
And in the rhythm of axles
The awful din
Of the iron truck
 
Truck in the night
Smashed truck
Iridescent windows
Strewing the ground
In a sunken lane
Crushing the hand
From which the soul escapes
Still breathing
As if bewitched
Stroking the body
And the grey nape
Of the crushed adult neck
Where the bones are smashed
In the covered truck
Front burst open
Through which the wind edges
And dries up
The child's forehead
Moistened with tears
 
In the covered truck
Front burst open
Through which wind edges
And dries up
The child's forehead
Moistened with tears
 
Sanctified truck
Picked up off the ground
Straight towards the sky
The rest erased
The tree opened
In the middle
Passenger compartment open
On the green carpet
Of painless moss
The fair-haired angel
Looks at her father
Who keeps driving
 
Truck in the night
Truck
Truck
Truck
Truck
Truck
 
Kűldve: batay Csütörtök, 25/01/2018 - 04:32
Szerző észrevételei:

Je crois que j'ai tenté l'impossible avec la traduction de ce beau poème volontairement obscur. Peut-être sera t'elle utile à quelqu'un ? En plusieurs endroits, j'ignore le sens précis que l'auteur a voulu donner à son texte (particulièrement dans la première strophe), et la traduction s'en ressent forcément !

Gérard Manset: Top 3
See also
Hozzászólások
petit élève    Csütörtök, 25/01/2018 - 04:54

This one is quite difficult to translate. You did a good job of it, but still a few details:

D'illusions, d'espoirs -> (a baloon) of illusions and hopes

D'une époque à vomir -> era ?

Ne plus rien dire -> The sentence begins in the previous line : "no longer saying anything of a loathesome era"

De ce qu'il laisse encore de tristes décors -> (what do you know) how many sad setting he leaves behind
"encore" refers to "savoir", somehting like "furthermore" but the general idea is to emphasise the "sad settings", I think

Piétiné le reste -> he has disregarded the rest ("piétiner" as a mark of utter contempt)

batay    Csütörtök, 25/01/2018 - 11:26

Many thanks for these very useful comments, my translation was modified accordingly. I keep some doubt concerning the meaning of Manset's text in lines 3-4 "Comme un ballon lâché d'illusions, d'espoirs" !

petit élève    Csütörtök, 25/01/2018 - 15:51

My pleasure.
I understand this sentence as metaphor for the "escape", like you release baloons in a fair or a celebration.