Кто создан из камня, кто создан из глины (Francia translation)

Reklám

Кто создан из камня, кто создан из глины

Кто создан из камня, кто создан из глины,-
А я серебрюсь и сверкаю!
Мне дело - измена, мне имя - Марина,
Я - бренная пена морская.
 
Кто создан из глины, кто создан из плоти -
Тем гроб и нагробные плиты...
- В купели морской крещена - и в полете
Своем - непрестанно разбита!
 
Сквозь каждое сердце, сквозь каждые сети
Пробьется мое своеволье.
Меня - видишь кудри беспутные эти?-
Земною не сделаешь солью.
 
Дробясь о гранитные ваши колена,
Я с каждой волной - воскресаю!
Да здравствует пена - веселая пена -
Высокая пена морская!
 
Kűldve: Alexander FreiAlexander Frei Szombat, 02/03/2019 - 08:18
Last edited by Alexander FreiAlexander Frei on Péntek, 13/09/2019 - 13:15
Francia translationFrancia (equirhythmic)
Align paragraphs
A A

De pierre est fait l'un, tel autre de glaise

Versions: #1#2
De pierre est fait l'un, tel autre de glaise,
Mais moi je miroite et scintille !
Trahir est mon lot, Marina mon nom,
Je suis l'humble écume marine.
 
De glaise est fait l'un, tel autre de chair –
A lui le cercueil et les stèles...
La conque marine a vu mon baptême,
En vol, constamment je me brise !
 
Au travers des cœurs, au travers des rets,
Pénètre mon libre caprice.
Ce n'est pas de moi – vois ces boucles folles –
Qu'on fera le sel de la terre.
 
Broyée contre vos genoux de granit,
Je ressuscite à chaque vague !
Et vive l'allègre et changeante écume,
Oui, gloire à l'écume marine !
 
Говорят: в конце концов правда восторжествует, но это неправда. (А. П. Чехов)
Kűldve: JadisJadis Péntek, 13/09/2019 - 13:09
Last edited by JadisJadis on Vasárnap, 15/09/2019 - 12:00
Szerző észrevételei:

J'ai modifié le texte pour essayer de me rapprocher autant que possible du rythme de l'original (qui pour moi, évoque nettement le ressac de la mer).
(Et j'ai réappliqué mes modifications car elles s'étaient inexplicablement perdues dans les brumes électroniques...)

More translations of "Кто создан из камня..."
Francia EJadis
Please help to translate "Кто создан из камня..."
Hozzászólások
JadisJadis    Vasárnap, 15/09/2019 - 14:13

Il y a un article savant au sujet de la traduction en français de Tsvetaeva ici . Il va sans dire que je ne suis pas d'accord avec l'idée qu'on peut laisser tomber le rythme au profit des rimes, et la traduction d'Eve Malleret me semble le prouver largement (surtout quand, comme chez elle, les rimes sont poussives : "je m'affale" pour rimer avec "tombales" par exemple... ; ou pire encore, "De moi – ces boucles vagabondes : vise-les ! – / On ne fera pas du sel terrestre".) : "видишь" = vise-les ??? pour rimer avec "filet", en plus ? N'importe quoi ! Et même si Henri Meschonnic pense que ce soit "la voie à suivre".
 
Je préfère nettement la version de Véronique Lossky, même si elle ignore volontairement aussi bien le rythme que les rimes (comme le commente l'auteur de l'article : "Le point central de la traduction n’étant pas la voix du poète, il est permis d’effacer ses rythmes ainsi que ses intonations, en vers comme en prose." Ben voyons, supprimons tout effet poétique et nous obtiendrons la traduction idéale !)
 
Il y a une autre traduction, plus perspicace à mon avis, de N. Struve dans l'"Anthologie [bilingue] de la poésie russe" (Aubier-Flammarion, 1970). Je la trouve satisfaisante quant à l'expression (ça ne fait pas "artificiel", et cela me semble bien refléter le sens), mais là encore, ni rimes, ni rythme hélas... Comment est-il possible de ne pas percevoir ici l'importance du rythme dès les deux premiers vers :
Кто создан из камня, кто создан из глины,-
А я серебрюсь и сверкаю!
 
Au lieu de pinailler sur la ponctuation (très tsvetaïevienne et donc très féminine), il vaudrait mieux voir ce qui crève les yeux ! (enfin, plutôt les oreilles en l'occurrence). Et traduire (par exemple) "А я серебрюсь и сверкаю!" par "Mais moi je brille d'un éclat argenté..." (sic pour la ponctuation), c'est quand même plutôt fade... Mais la fin me plaît bien :
 
"Et que vive l'écume, la joyeuse écume,
L'éclatante écume marine !"
 
Les Anglo-Saxons font quand même mieux, comme ici :
 
"Some - made of stone, others - of clay, -
But none of them sparkle like me!
Marina's my name, caprice is my way,
I'm the transient foam of the sea."
 
Même si ce n'est pas tout à fait le rythme original (quoique dans "But none of them sparkle like me!", ce soit quasi parfait), c'est quand même bien mieux ! Bon, l'anglais est une langue rythmée, comme le russe... hélas, pas comme le français, langue tristement rationnelle et intellectuelle, donc peu compatible avec la poésie. Sad smile
 

BlackSea4everBlackSea4ever    Vasárnap, 15/09/2019 - 16:18

Risking to sound ridiculous, is écume not associated with something rather unpleasant rather than пена and foam. Even when complemented by sublime?

silencedsilenced    Vasárnap, 15/09/2019 - 16:27

Nothing ridiculous here. The word is akin to the English "scum" but has no derogatory meaning. It can also be used for "lather", "froth" or "dirty foam" but the first image that springs to mind is white stuff atop a wave.

JadisJadis    Vasárnap, 15/09/2019 - 17:05

I changed "sublime", I thought that "Oui, gloire à l'écume marine !" sounded better, for the rhythm, but also as a contrast with the beginning ("Je suis l'humble écume marine").

JadisJadis    Vasárnap, 15/09/2019 - 16:50

Deanna sees evil everywhere... "Ecume" is a very beautiful French term : "La rive au loin gémit blanchissante d’écume." (Jean Racine, Iphigénie. V, 6.). The closest synonym would perhaps be "mousse", but that's not really poetic, it makes you think of beer, or of soap.

BlackSea4everBlackSea4ever    Vasárnap, 15/09/2019 - 16:55

Not fair, as usual. I just wanted to know how the word is used. No evil was implied... Pierre already answered...in a nice way you may want to imitate...

JadisJadis    Vasárnap, 15/09/2019 - 17:01

't was a joke ! 😜😜😜

silencedsilenced    Hétfő, 16/09/2019 - 10:25

Je suis épaté que, parmi tous ces doctes traducteurs officiels, personne n'ait gardé l'expression "sel de la terre".
C'est peut-être moi qui suis obsédé par les questions d'estime de soi, mais ça me semble un thème central de ce poème, non ?

JadisJadis    Hétfő, 16/09/2019 - 11:41

Oui, je me suis posé la question aussi. Les uns disent "du sel terrestre", les autres parlent simplement de « sel », N. Struve dit « du sel gemme ». J'ai l'impression qu'ils ne sont pas certains du tout qu'il y ait un rapport avec l'expression biblique et qu'ils préfèrent éviter le rapprochement.

J'ai vainement essayé de trouver davantage d'explications dans les « analyses » en russe, qui ont l'air de toutes copier les unes sur les autres., elles semblent toutes ignorer la question. Tout juste si l'une dit du bout des lèvres que le sel terrestre est à ranger avec l'argile, la pierre, etc, enfin bref tout ce qui est terrestre, opposé à ce qui est marin et liquide (avec une référence appuyée à la naissance d'Aphrodite).

Pourtant le fait même que le poème commence par « tel est fait d'argile » semble avoir une connotation religieuse. La Genèse dit bien « Alors le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. ». Je ne sais pas quelles étaient les connaissances bibliques de Tsvetaïeva, mais ça me semblerait étonnant qu'elle ait totalement ignoré la Bible, même si à cette époque le bouquin ne devait pas être en odeur de sainteté, si j'ose dire, en URSS.

Il faudrait demander à des russophones ce qu'ils en pensent, mais je crains qu'on ne s'enlise dans des considérations historico-biographico-littéraires sans fin (et des « oui mais vous pauvres Occidentaux ne comprendrez jamais l'âme russe », etc.)... En tout cas, pour moi, « Меня / Земною не сделаешь солью » signifie bien « de moi on ne fera pas du sel de la terre / terrestre / du sel gemme », ce n'est pas ma faute si Saint Mathieu a utilisé l'expression dans un sens précis (= ce qui féconde, qui donne du goût ou du sens à la terre, « la lumière du monde ») selon ce que Jésus disait à ses disciples.

(Edit) je me suis dit, tiens, les Anglo-Saxons sont plus fins, ils vont nous expliquer : patatras ! "I’ll never be turned into salt." Ils ignorent donc complètement l'adjectif "земной". Pour le coup, ils ont carrément sacrifié le sens au rythme, c'est pas bien ça, camarades ! Il me paraît évident qu'il y a une opposition entre le sel terrestre et le sel marin. En plus leur version fait plutôt penser à la femme de Loth transformée en statue de sel, et là à mon avis on s'éloigne carrément.

silencedsilenced    Hétfő, 16/09/2019 - 12:19

Pour moi le sel de la terre c'est Jésus qui redonne aux humbles leur dignité. Même sans culture religieuse particulière, quand on dit "tu es le sel de la terre" c'est comme "tu es quelqu'un de vraiment bien et de respectable".
"Земною не сделаешь солью" je comprends ça comme "pas la peine d'essayer, je ne serai jamais une gentille fille respectable".
Mais je ne sais pas si l'expression avait cette connotation au début 20ème en Russie.

Ça paraît assez cohérent avec le reste. Elle se dénigre beaucoup: traîtresse, inconstante, capricieuse...
Elle n'aura droit ni à une tombe (Тем гроб...) ni à la reconnaissance (Земною не сделаешь солью).

Je ne sais pas à qui elle s'adresse dans "Дробясь о гранитные ваши колена", mais c'est très violent comme image. Ça me fait penser à un enfant qui se prend une fessée, mais avec une force destructrice.

J'ai l'impression qu'elle essaye d'assumer son excentricité ou sa mauvaise réputation sur le ton "m'en fous, même pas mal" - si je peux me permettre de traiter ce monument de culture avec une sacrilège désinvolture Teeth smile

edit:
I’ll never be turned into salt. -> erf... Complètement à côté de la plaque. On est pas à Sodome, quand même Teeth smile

JadisJadis    Hétfő, 16/09/2019 - 12:47

En fait dans l'Evangile Jésus s'adresse à ses disciples (heureux les outragés, etc.) et il parle du sel de la terre (qui donne du goût) puis de la lumière du monde, donc je comprends : vous qui porterez la bonne parole, même si on vous piétine, c'est vous qui allez donner du sens au monde et l'éclairer. Ce qui suppose qu'on accepte et qu'on se conforme au préalable soi-même à la bonne parole (et Tsvetaïeva n'a pas l'air trop d'accord sur ce point).

Les commentaires russes insistent généralement sur l'aspect politique (Marina opposée aux affreux bolcheviks, quelque chose comme ça), d'où les "genoux de granit", même style que "chape de plomb" et autres expressions possibles. Mais je pense qu'il n'y a pas une lecture unique, et qu'en plus l'auteur n'écrit pas une dissertation ou un pamphlet politique, mais un poème, avec pas mal de fantaisie, d'imagination... et de poésie dedans (sinon ce serait dommage). Donc on ne peut probablement pas faire un "décryptage" (comme le dirait le journaliste moyen) mot à mot, en expliquant que "ce mot-ci, ça veut dire ceci, et celui-là, ça veut dire cela".

Et elle part quand même de la signification de son prénom, Marina, qui n'a sûrement pas grand chose à voir avec les vicissitudes historiques. C'est à partir de là qu'elle embraye sur l'écume, les baptistères marins (tout à fait le tableau de Botticelli, La Naissance de Vénus), etc. Et sur son caractère, effectivement. Elle dit clairement qu'elle n'a pas l'intention de rentrer dans le rang (comme les ploucs fait d'argile ou de pierre), mais bien plutôt de continuer à divaguer selon sa fantaisie. Elle porte même des boucles "беспутные" au lieu de se faire une permanente respectable comme tout le monde !

Bon, sur l'essentiel, je pense qu'on est d'accord, après, sur les détails... Pour moi, l'intéressant dans ce poème, c'est avant tout sa poéticité, qui tient aux images et aux idées qu'elles suscitent, aux rimes, au rythme, aux sonorités, à la ponctuation, bref à tout ça ensemble, qui fait qu'un poème est un poème.

silencedsilenced    Hétfő, 16/09/2019 - 13:15

Elle avait de bonnes raisons de ne pas porter les Bolchéviks dans son cœur, mais je ne vois pas particulièrement de sens politique non plus. Je n'ai qu'une connaissance très limitée de Tsvétaïeva, mais il me semble que sous les Tsars elle ruait déjà dans les brancards tout pareil. Teeth smile

C'est vrai qu'il faut éviter de débiter les poèmes en tranches, mais cette histoire de sel valait quand même le détour, non ?

JadisJadis    Hétfő, 16/09/2019 - 13:39

Je pense qu'elle devait être assez fatigante à la maison... Regular smile
 
En tout cas la discussion fait monter l'audimat, à ce que je vois... Mais en-dehors de ça, je trouve que c'est intéressant, notamment parce que le poème lui-même est assez fascinant.
 

silencedsilenced    Hétfő, 16/09/2019 - 13:53

Probablement, et Emily Dickinson et Louise Labé aussi. Mais qu'est-ce qu'on se ferait suer sans elles...

Oui, il est magnifique ce poème. Même à l'époque où j’ânonnais le russe comme un gosse de 6 ans il m'avait attiré l’œil.

JadisJadis    Hétfő, 16/09/2019 - 14:02

... et Catherine Pozzi !
(Edit) Et Florbela Espanca.

silencedsilenced    Hétfő, 16/09/2019 - 12:40

En tous cas ça n'a pas l'air de les exciter, mon interprétation du "sel de la terre".
Je ne rêve pas, quand même ? C'est courant comme expression "vous êtes le sel de la terre".

JadisJadis    Hétfő, 16/09/2019 - 12:56

Je pense que le sel, d'une façon générale, a une très riche symbolique dans la culture collective, et on pourrait trouver des tas de références, notamment le conte traditionnel qui traîne un peu peu partout à propos de la fille qui dit à son père quelle l'aime "comme le sel", suite à quoi le papa se fâche et l'envoie balader, et à la fin sa fille lui sert un repas assaisonné de sel, il le trouve très bon et elle lui dit "alors tu vois bien que le sel est une très bonne chose", enfin en gros, je ne me rappelle plus le détail. Le conte est associé à l'histoire du Roi Lear si je me souviens bien.

En Russie, il y aurait aussi "le pain et le sel" offerts aux hôtes de passage, mais ici je ne pense pas que ce soit très pertinent.

silencedsilenced    Hétfő, 16/09/2019 - 13:01

C'est sûr, mais "sel de la terre" c'est quand même plus précis.
C'est pas Melle Del Rey et son Norman Fucking Rockwell dont on cause, c'est de quelqu'un qui choisissait soigneusement ses mots, non ?

JadisJadis    Hétfő, 16/09/2019 - 13:14

Regular smile Oui, mais ça nous parle surtout à nous, parce qu'on a tous lu studieusement la Bible Wink smile , et si l'expression a souvent été reprise pour intituler des oeuvres, celles que je vois mentionnées dans Wikipédia datent presque toutes (sauf une) d'après 1941, année de la mort de Tsvetaïeva - et sont souvent (pas toujours) d'origine occidentale. C'est vrai qu'on pourrait comprendre "du sel gemme", opposé simplement au sel marin, même si pour nous la référence paraît assez évidente. Mais on n'est pas dans la tête de Tsvetaïeva... En tout cas, hors toute considération religieuse, je trouve l'expression "le sel de la terre" très poétique et frappante.
 

BlackSea4everBlackSea4ever    Hétfő, 16/09/2019 - 13:14

Hate to break your condescension of natives, Jadis, but Nadia or Brat could have easily answered it.
In my, not academic, interpretation:
Salt of earth = simple good person like Jesus' fishermen (or a crowd of followers...)
But not her - she is a complex, proud, willful as supported by:
Сквозь каждое сердце, сквозь каждые сети
Пробьется мое своеволье.

silencedsilenced    Hétfő, 16/09/2019 - 13:24

Just picture through how much frustration your average Russia enthusiast must go, getting this "Only a Russian can understand..." answer time and again, and I'm sure you'll reconsider the term "condescension" Wink smile

This being said, I'm grateful and happy to see a confirmation of my hypothesis.

BlackSea4everBlackSea4ever    Hétfő, 16/09/2019 - 13:35

I don't tend to throw such remarks because I'm always in twilight doubting my own understanding. Yet, sometimes, I disagree with the academic opinion - they are given by just people not by the divine authority.🤔

silencedsilenced    Hétfő, 16/09/2019 - 14:32

Interpretation of poetry is one domain where creating your own truth is neither immoral nor dangerous, so let's make the most of it.

JadisJadis    Hétfő, 16/09/2019 - 13:25

I knew that some Russian native would sooner or later explain us that we were a bunch of idiots and didn't understand anything. Regular smile Regular smile
 
We value your interpretation and note that you refer to the Bible also, the initial question was : why did the French translators of this poem, who most certainly did know the expression "the salt of earth", not use it in their translation ? We suspect that this is because they thought that Tsvetayeva didn't refer to Saint Matthew here, but this is a mere hypothesis.
 

BlackSea4everBlackSea4ever    Hétfő, 16/09/2019 - 13:38

Phillip, I would not know st. Matthew from Luke and Paul. But this expression, is well known. Sorry for interfering.

JadisJadis    Hétfő, 16/09/2019 - 13:43

Don't be sorry, everyone is accepted here. Regular smile Do you think that Tsvetayeva, in her time, would have thought like you ? This is not a reproach, it is a real question...