Presul vere civitatis (Francia translation)

Advertisements
Latin

Presul vere civitatis

O presul vere civitatis,
qui in templo angularis lapidis
ascendens in celum,
in terra prostratus fuisti
propter Deum.
 
Tu, peregrinus a semine mundi,
desiderasti exul fieri
propter amorem Christi.
 
O mons clause mentis,
tu assidue pulcram faciem aperuisti
in speculo columbe.
 
Tu in absconso latuisti
inebriatus odore florum,
per cancellos sanctorum
emicans Deo.
 
O culmen in clavibus celi,
quod propter perspicuam vitam
mundum vendidisti:
hoc certamen, alme confessor,
semper habes in Domino.
 
In tua enim mente
fons vivus clarissima luce
purissimos rivulos eduxit
per viam salutis.
 
Tu magna turris
ante altare summi Dei,
et huius turris culmen obumbrasti
per fumum aromatum.
 
O Disibode,
in tuo lumine
per exempla puri soni
membra mirifice laudis edificasti
in duabus partibus
per Filium hominis.
 
In alto stas,
non erubescens ante Deum vivum,
et protegis viridi rore
laudantes Deum ista voce.
 
O dulcis vita
et o beata perseverantia
que in hoc beato Disibodo gloriosissimum
lumen
semper edificasti
in celesti Ierusalem.
 
Nunc sit laus Deo
et in forma pulcre tonsure
viriliter operante.
Et superni cives gaudeant
de his qui eos
hoc modo imitantur.
 
Kűldve: Pietro Lignola Szombat, 22/09/2018 - 19:47
Align paragraphs
Francia translation

Ô guide de la vraie cité

Ô guide de la vraie cité,
dans le temple de la pierre angulaire
tu t’es élevé vers le ciel ;
sur terre, tu avais été jeté bas
à cause de Dieu.
 
Étranger au germe du monde,
tu as désiré t’exiler
pour l’amour du Christ.
 
Ô montagne de l’esprit fermé,
tu n’as pas cessé de découvrir ton beau visage
au miroir de la colombe.
 
Tu t’es caché dans le secret,
enivré par l’odeur des fleurs,
jetant tes feux vers Dieu,
à travers le treillis des saints.
 
Ô sommet parmi les clés du ciel, qui,
pour une vie transparente,
as vendu le monde,
ce combat, bienfaisant confesseur,
tu le mènes toujours en Dieu.
 
Car dans ton esprit,
la source vive, en pleine lumière,
a donné naissance à de très purs ruisseaux
sur la voie du salut.
 
Tu es une haute tour
face à l’autel du Dieu suprême,
et au sommet de cette tour tu as donné de l’ombre,
avec la fumée des aromates.
 
Ô Disibod
dans ton éclat,
par ton exemple d’une pure musique,
merveilleusement, tu as bâti les membres
de la louange selon deux chœurs,
par l’entremise du Fils de l’homme.
 
Tu te tiens dans les hauteurs,
sans rougir devant le Dieu vivant,
et, de ta rosée verdoyante, tu protèges
ceux qui louent Dieu par ces mots :
 
« Ô vie suave
et bienheureuse persévérance,
en saint Disibod
tu n’as cessé d’édifier la très glorieuse lumière,
dans la Jérusalem céleste.
 
À présent, louange à Dieu,
et à la figure de ce beau tonsuré
qui agit avec tant de mâle énergie.
Et que les habitants du ciel se réjouissent
de ceux qui les imitent
de cette manière. »
 
Potete utilizzzare tutte le mie traduzioni purché citiate la fonte.
Kűldve: Pietro Lignola Vasárnap, 23/09/2018 - 07:54
Szerző észrevételei:

Séquence à saint Disibod. Chanson n. 45 de "Symphonia armonie celestium revelationum".

Hozzászólások