• Charles Baudelaire

    Au lecteur

    traduzione in Croato

Condividere
Font Size
Francese
Testi originali

Au lecteur

La sottise, l'erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
Et nous alimentons nos aimables remords,
Comme les mendiants nourrissent leur vermine.
 
Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches ;
Nous nous faisons payer grassement nos aveux,
Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux,
Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches.
 
Sur l'oreiller du mal c'est Satan Trismégiste
Qui berce longuement notre esprit enchanté,
Et le riche métal de notre volonté
Est tout vaporisé par ce savant chimiste.
 
C'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent !
Aux objets répugnants nous trouvons des appas ;
Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas,
Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.
 
Ainsi qu'un débauché pauvre qui baise et mange
Le sein martyrisé d'une antique catin,
Nous volons au passage un plaisir clandestin
Que nous pressons bien fort comme une vieille orange.
 
Serré, fourmillant, comme un million d'helminthes,
Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons,
Et, quand nous respirons, la Mort dans nos poumons
Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes.
 
Si le viol, le poison, le poignard, l'incendie,
N'ont pas encor brodé de leurs plaisants dessins
Le canevas banal de nos piteux destins,
C'est que notre âme, hélas ! n'est pas assez hardie.
 
Mais parmi les chacals, les panthères, les lices,
Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents,
Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants,
Dans la ménagerie infâme de nos vices,
 
Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde !
Quoiqu'il ne pousse ni grands gestes ni grands cris,
Il ferait volontiers de la terre un débris
Et dans un bâillement avalerait le monde ;
 
C'est l'Ennui ! - l'oeil chargé d'un pleur involontaire,
Il rêve d'échafauds en fumant son houka.
Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat,
- Hypocrite lecteur, - mon semblable, - mon frère !
 
Croato
Traduzione

Čitatelju

Glupost, zabluda, grijeh i sitničavost
Gospodari su nam tijela i saznanja.
I hranimo svoja ljupka pokajanja
Kao što prosjaci hrane ušičavost.
 
Grijesi su nam tvrdi, a kajanja kratka:
Za svako priznanje neka skupo plate,
I onda se noge u kaljužu vrate
Jer je sve oprala jedna suza slatka.
 
Na jastuku od zla Satana Golemi
Naše duše njiše i njiše sve bolje,
Da skupocjen metal cijele naše volje
Premudrom kemijom u dim i prah spremi.
 
Živi Vrag drži niti što nas miču
Mi ljubimo stvari sve gadnije i niže
Svakog dana Paklu za korak smo bliže
I ne gade nam se smradovi što niču.
 
Kao razvratnik jadni što ljubi i jede
Izmučenu dojku prastare bludnice,
Užitak hoćemo, ali bez sudnice,
Dokle god iz njega barem kapi cijede.
 
Tijesno, komešavo, kao milijun glista
U našem mozgu banči puk Demona,
A kad dišemo, Smrt je rijeka ona
Što gluho jaduje i uvijek je ista.
 
Ako obljub, otrov, bodeži i žice
Još nisu izvezli vesele uzorke
Na prostome platnu sudbine pregorke,
To je samo zato što smo kukavice.
 
Ali ni šakali, pantere i kuje,
Majmuni, pauci, jastrebi i zmije,
Najgadnije nakaze što ih zemlja krije
U bestidnom vrtu kojim porok ruje
 
Nisu zbilja ružni, zbilja zlobno strašni!
Bez ikakve kretnje, bez ikakve buke,
Svjetove razara bez najmanje muke
I u jednom zijevu guta svemir prašni
 
Jedino Dosada! - Kroz beskrajne sate
Dok sanja vješala, puši lulu skromnu.
Znaš je, čitatelju, nakazicu lomnu,
Hipokrite stari - moj jednaki - brate!
 
Traduzioni di “Au lecteur”
Italiano #1, #2
Cinese #1, #2
Croato #1, #2
Inglese #1, #2, #3, #4, #5, #6
Rumeno #1, #2
Spagnolo #1, #2, #3
Tedesco #1, #2
Commenti