Temps perdut ( Tradução para Francês)

Advertisements
Catalão

Temps perdut

A la vora de la mar he tornat a poc a poc
tot sentint el crit del temps
que s’emporta el meu record.
Un record ple de cançons de perfums i frec d’amor
d’un amor potser perdut a les aigües del meu port.
 
Tornada :
Sovint somnio que tornes al meu costat
que m’agafes les mans i les omples
d’immensitat, d’immensitat.
Ara l’aire ja no és aquell nostre
ni la sorra s’esborra al seu pas
sols em queda un grapat d’enyorança
i el teu mirar, i el teu mirar.
 
Les onades van portant
sensacions de mil colors
que amanyaguen el meu cant
barrejant notes i plors.
És un cant fruit del passat
endinsat en el meu cor
esborrall desdibuixat
de les ombres del teu cos.
 
Tornada :
Sovint somnio que tornes al meu costat
que m’agafes les mans i les omples
d’immensitat, d’immensitat.
Ara l’aire ja no és aquell nostre
ni la sorra s’esborra al seu pas
sols em queda un grapat d’enyorança
i el teu mirar, i el teu mirar.
Sovint somnio que tornes al meu costat
que m’agafes les mans i les omples
d’immensitat, d’immensitat.
 
Adicionado por La IsabelLa Isabel em Sexta-feira, 05/04/2019 - 09:54
Comentários do remetente:

Silvia Perez Cruz canta la cançó del seus propis pare i mare : Càstor Perez Diz i Gloria Cruz en Directe en el seu poble de Palafrugell sempre amb molt dolçor.

Tradução para FrancêsFrancês
Alinhar parágrafos
A A

Temps perdu

Au bord de la mer je suis retournée peu à peu
tout en entendant le cri du temps
qui emporte mon souvenir.
Un souvenir plein de chansons de parfums et frôlement d’amour
d’un amour peut-être perdu aux eaux de mon port.
 
REFRAIN :
Souvent je rêve que tu reviens à mes côtés
que tu m’attrapes les mains et les emplies
d’immensité, d’immensité.
Maintenant l’air déjà n’est plus le notre
ni le sable ne s’efface à ses pas
seulement il me reste une poignée de nostalgie
et ton regard, et ton regard.
Les vagues apportent
des sensations de milles couleurs
qui caressent mon chant
mêlant des notes et des pleurs.
C’est un chant fruit du passé
planté dans mon cœur
croquis “dédessiné”
des ombres de ton corps.
 
REFRAIN
Souvent je rêve que tu reviens à mes côtés
que tu m’attrapes les mains et les emplies
d’immensité, d’immensité.
Maintenant l’air déjà n’est plus le notre
ni le sable ne s’efface à ses pas
il me reste seulement une poignée de nostalgie
et ton regard, et ton regard.
Souvent je rêve que tu reviens à mes côtés
que tu m’attrapes les mains et les emplies
d’immensité, d’immensité.
 
Adicionado por La IsabelLa Isabel em Sexta-feira, 05/04/2019 - 10:09
Comentários do autor:

Silvia Perez Cruz chante cette chanson appartenant à ses propres père et mère : Càstr Perez Diz et Gloria Cruz, toujours avec beaucoup de douceur.

Sílvia Pérez Cruz: Maiores 3
Comentários