• Voisinage • 1 traducere

Acțiune
Font Size
Versuri originale
1 traducere

Voisinage versuri

Quelle fraîcheur dans l'air de ce matin !
La paix est assurée au voisinage
De ma maison où je rêve sans fin
Au froid de l'hiver et au patinage.
 
Quelle chaleur dans l'air de cette nuit !
Le calme est revenu au voisinage
De mon foyer où je songe depuis
Au beau temps estival comme à la nage.
 
Quelle rumeur dans l'air de cette époque !
La guerre est de retour au voisinage
De mon pays où je pense en un bloc
Au conflit armé qui fait un carnage.
 
Quelle fureur dans l'air de la saison !
La lutte est garantie au voisinage
De ma nation où je crois sans raison
Au combat pour dégrossir le visage.
 
Quelle ardeur dans l'air de notre futur !
L'entente est inventive au voisinage
De mon État où je dois ma carrure
Au seul amour créé à notre image.
 

 

Traduceri ale cântecului "Voisinage"
Laplage: Top 3
Comentarii
RêveurRêveur    Marţi, 20/02/2024 - 20:25

Pas mal ! Belle composition, expressive et bien construite.
Une chose qui est assez originale, c'est la progression régressive, paix assurée, calme revenu, guerre de retour, lutte garantie - la succession serait plus logique dans l'ordre inverse. Cette disruption chronologique étonne, et en même temps on peut y lire diverses choses : un éternel retour du même, une régression vers le passé... Bien entendu, la première lecture est renforcée par les répétitions stylistiques.
J'aime bien aussi le balancement et l'ambiguïté entre voisinage au sens courant et immédiat, et au sens plus large.
Le petit vers qui marche un petit peu moins bien, je dirais, c'est le "Au conflit sans oublier le carnage". Spontanément, on le comprend comme "From... To the conflict - not to forget (as well as) the slaughter", ce qui est un peu étrange. J'imagine que l'idée était plutôt "and the conflict I cannot forget", "and that remaining memory", quelque chose comme ça ?
Edit: Apparemment c'était bien le premier sens, celui qu'un natif aussi lirait. ...Hmm je ne suis pas sûr de parfaitement comprendre ces deux vers, en fait. La version anglaise m'éclaire un peu. Et je découvre que j'avais mal interprété le "De...Au...", mais c'est pas forcément une erreur du français, parce qu'on peut aussi l'interpréter comme voulu.
(petite remarque : "Quelle fureur dans l'air de cette saison" est un hendécasyllabe si on prononce - comme requis a priori par les règles traditionnelles en poésie - le e final de "cette")

LaplageLaplage
   Marţi, 20/02/2024 - 20:32

Ah, j'ai produit ce vers sans compter soigneusement les syllabes. J'ai remplacé cette par la, je le trouve l'option la plus proche. Je vais retravailler le vers avec "sans oublier" - je voulais juste éviter de trop répéter la même formule. Ce qu'il faut y mettre c'est un équivalent de "et" mais quelque chose de plus long pour avoir les dix syllabes observés ailleurs dans le texte.

RêveurRêveur    Marţi, 20/02/2024 - 20:36

En fait, je comprends mieux après relecture, mais le "sans oublier" est un peu maladroit, ça suggère que le conflit et le carnage sont deux choses différentes. "je pense au conflit, et je pense bien sûr également au carnage".
Le sens est un petit peu différent, mais ça pourrait être quelque chose du type : "Au conflit qui s'approche du carnage" (10), "À ce conflit qui tourne en carnage" (9)...

Valeriu RautValeriu Raut
   Marţi, 20/02/2024 - 20:42

Bonsoir Tero.
Tu es un poète.

Il manque une virgule dans le texte :
Au conflit, sans oublier le carnage.

On voit que les vers sont faits pour rimer,
car les affirmations se mélangent, voire se contredisent :

La paix est assurée au voisinage
Le calme est revenu au voisinage
La guerre est de retour au voisinage
La lutte est garantie au voisinage
L'entente est inventive au voisinage

LaplageLaplage
   Marţi, 20/02/2024 - 20:46

Avec Paul N, nous nous sommes amenés à remplacer le vers sans la virgule requise par un autre qui ait plus de sens. Les affirmations sorties de leur contexte se contredisent, effectivement. Bien vu.

RêveurRêveur    Marţi, 20/02/2024 - 20:48

La "contradiction" m'a frappé aussi, mais je l'ai perçue comme une confusion chronologique volontaire - voir mon commentaire.

fatixfatix    Marţi, 20/02/2024 - 21:02

j'aime totallement la structure qui monte vers le climax: (il y ont des 5 paragraphes)
1) maison > 2) foyer > 3) pays > 4) nation > 5) état
1) la paix > 2) le calme > 3) la guerre > 4) la lutte > 5) l'entente
je pense que paul a raison avec 'la progression régressive' > en effet, bien entendu ici 😎

ça sens aussi un peu comme 'un poème-rétro' pour moi..
la chose intrigante est la suivante: ce poème est également lisible vice versa
commençant par le paragraphe 5 et se terminant au premier paragraphe
1) l'entente > 2) la lutte > 3) la guerre > 4) le calme > 5) la paix

c'est comme si l'histoire de l'Ukraine et de la Palestine était racontée de manière rétro.
c'est/c'était un peu comme ça que je l'ai senti dans le momentum du/au climax.. TOP!👍

LaplageLaplage
   Marţi, 20/02/2024 - 21:22

Au voisinage immédiat, c'est paisible, mais pas loin de là, c'est déjà tumultueux, le moins que l'on puisse dire. Cependant j'ai tenté de terminer le poème par une strophe qui inspire un espoir éduqué. La paix tend à revenir après la réinvention de l'entente et on peut prévoir une période de paix une fois l'entente établie. En tout cas, c'est ce que l'Histoire nous apprend.