Hubert Clos Lus - Les Suicidés de Massada

француски
француски
A A

Les Suicidés de Massada

- Eleazar, sais-tu combien Rome est puissante?
- Flavius, sais tu que Dieu est plus puissant que Rome ?
Ainsi se mesuraient, à Massada, deux hommes
Le Juif sur son roc , le Romain sous sa tente.
 
Les Juifs, cernés, guettaient les Romains en bas.
Que pouvaient-ils tramer ? Que savaient- ils ourdir ?
Quelle horreur païenne allait un jour sortir
De leurs cerveaux latins si enclins au combat ?
 
Jamais Rome ne céderait un seul arpent.
Eleazar savait très bien , en occupant
Le grenier des Romains, que Rome reviendrait
Défendre son honneur et tous ses intérêts.
 
Un vil matin, la maligne ruse apparut:
Une rampe d'accès, gigantesque charrue,
Allait scinder la plaine et tout ce qu'elle englobe
L'échelle des Romains allait tuer Jacob.
 
Sur cent mètres de haut , Rome voulait construire
Tel un tigre patient, tout tendu vers sa proie,
Une tour de Babel penchée pour introduire
Ses légionnaires-lions . Alors, ce fut l'effroi :
 
Eleazar hurla: enfants, femmes ,venez !
Prenez pierres et lances , c'est la destinée
du peuple juif qui se joue , là, sous ces murs.
Dardez tous vos jets sur leurs infectes armures.
 
La rampe montait , montait , au fil des semaines.
Plus le Romain se rapprochait et plus la haine
Montait elle aussi, plus Massada avait l'air
D'une Sparte au désert, d'une Sparte dernière.
 
Las, quand les ouvriers furent tout près des flèches,
Les Juifs, consternés , s'aperçurent trop tard
Que c'était d'autres Juifs, servants de César,
Qui s' affairaient à édifier ce cauchemar.
Jamais ils ne pourraient les tuer sans qu'ils pèchent.
 
La ruse des Romains n'était pas militaire.
La ruse, les Romains, l'empruntaient à Esther.
La ruse des Romains, c'était taper au coeur.
Jamais le Sanhédrin ne tuerait Eliézeur.
 
Les généraux romains riaient en contrebas.
Eleazar voyait leur néfaste sabbat.
Flavius semblait prévoir un bélier défonceur.
Sa fureur de tuer ne faisait pas mystère.
 
Flavius , parfois, criait: alors, Eleazar ?
-Ton faux dieu, que peut-il? ton faux dieu que fait-il?
Contre Rome, tout dieu oriental trop subtil
A fini écrasé. Pour toi, il est trop tard.
Rends-toi , avant que Rome passe par le fil
Du glaive ta tribu et rase ton bazar.
Implore sa clémence et laisse pour l'Histoire
Le souvenir d'un chef qui sut être docile.
 
Et Rome avance, pierre après pierre et semaine
Après semaine vers Israël replié.
Le reptile italien se hisse au sablier.
Jamais ne se vit au désert se déployer,
Ramper , plus sainte horreur au milieu des palmiers.
 
En bas , les Romains rient , bâtissent un bélier.
En haut, les Juifs prient, sacrifient un agneau.
Eleazar espère voir quelques signaux
D'une armée amie, peut-être, au loin, dans la plaine.
Mais non, nul n'apparaît pour venir le délier.
Plus encor' qu' Isaac, il se sait prisonnier.
 
La nuit, il sent la Mort qui lui tend son manteau.
Il peut déjà ouïr les cris si matinaux ;
Des femmes hurlant ''non !'' sous les soldats brutaux;
Des enfants criant ''maman'' , tués aussitôt.
 
Au clair de lune, seul, accoudé au créneau,
Eleazar médite - en fixant son couteau.
 
  • Eleazar:

    Eléazar ben Yaï est un révolutionnaire juif s'opposant à la domination romaine sur la Judée au cours de la Grande révolte juive (66-74). Il devient le chef des Sicaires à partir de l'exécution à Jérusalem de son oncle Menahem en automne 66. Il se replie avec ses Sicaires dans la forteresse de Massada qu'ils contrôleront pendant toute la durée de la révolte. Au printemps 74, la forteresse est assiégée par la Xe légion dirigée par le gouverneur de Judée Flavius Silva. Ils préfèrent se donner la mort par un suicide collectif de tous les insurgés, y compris les femmes et les enfants, plutôt que d'accepter la servitude.

  • Flavius:

    Lucius Flavius Silva Nonius Bassus was a late-1st-century Roman general, governor of the province of Iudaea and consul. Silva was the commander of the army, composed mainly of the Legio X Fretensis, in 72 AD which laid siege to the near-impregnable mountain fortress of Masada, occupied by a group of Jewish rebels called the Sicarii. The siege ended in 73 AD with Silva's forces breaching the defenses of the Masada plateau and the mass suicide of the Sicarii, who preferred death to defeat or capture. Silva's actions are documented by 1st-century Jewish-Roman historian Josephus, the remains of a 1st-century Roman victory arch identified in Jerusalem in 2005, and the extensive earthworks at the Masada site, a monument to the high-water mark of Roman siege warfare.

  • Massada:

    Masada (Hebrew: מצדה metsada, "fortress") is an ancient fortification in the Southern District of Israel situated on top of an isolated rock plateau, akin to a mesa. It is located on the eastern edge of the Judaean Desert, overlooking the Dead Sea 20 km east of Arad.

    Herod the Great built two palaces for himself on the mountain and fortified Masada between 37 and 31 BCE.

    According to Josephus, the siege of Masada by Roman troops from 73 to 74 CE, at the end of the First Jewish–Roman War, ended in the mass suicide of the 960 Sicarii rebels who were hiding there.

  • Esther:

    Esther is described in all versions of the Book of Esther as the Jewish queen of a Persian king Ahasuerus. In the narrative, Ahasuerus seeks a new wife after his queen, Vashti, refuses to obey him, and Esther is chosen for her beauty. The king's chief adviser, Haman, is offended by Esther's cousin and guardian, Mordecai, and gets permission from the king to have all the Jews in the kingdom killed. Esther foils the plan, and wins permission from the king for the Jews to kill their enemies, and they do so. Her story provides a traditional background for Purim, which is celebrated on the date given in the story for when Haman's order was to go into effect, which is the same day that the Jews killed their enemies after the plan was reversed.

  • Sanhédrin:

    The Sanhedrin (Hebrew and Jewish Palestinian Aramaic: סנהדרין; Greek: Συνέδριον, "sitting together," hence "assembly" or "council") were assemblies of either twenty-three or seventy-one elders (known as "rabbis" after the destruction of the Second Temple), appointed to sit as a tribunal in every city in the ancient Land of Israel.

  • bélier:

    A battering ram is a siege engine that originated in ancient times and was designed to break open the masonry walls of fortifications or splinter their wooden gates. In its simplest form, a battering ram is just a large, heavy log carried by several people and propelled with force against an obstacle; the ram would be sufficient to damage the target if the log were massive enough and/or it were moved quickly enough (that is, if it had enough momentum). Later rams encased the log in an arrow-proof, fire-resistant canopy mounted on wheels. Inside the canopy, the log was swung from suspensory chains or ropes.

Хвала!
thanked 3 times
Поставио/ла: Hubert ClolusHubert Clolus У: Субота, 20/06/2020 - 12:53
Last edited by Hubert ClolusHubert Clolus on Среда, 30/09/2020 - 20:39

 

Коментари
La IsabelLa Isabel    Петак, 03/07/2020 - 11:26

Je voudrais bien que l'on me dise où est-ce qu'il y a écrit : Écrase ! en plus avec un point d'exclamation, dans ce texte !!?
Décidement, il y en a qui voit des "expressions idiomatiques"...même là où il n'y en a pas !!
De plus, ponctué ainsi, ce serait une insulte...rien de plus ! Et je ne vôis même pas le mot !?

Par ailleurs, merci à Lobolyrix pour les annotations.

psqpsq    Петак, 03/07/2020 - 11:51

Tu as raison, il y a bien un "A fini écrasé" à la 11e strophe...
Je pense qu'il y en a qui feraient mieux, si je puis me permettre, de s'écraser..., je veux dire, contre l'évidence !
À+

JadisJadis    Петак, 03/07/2020 - 11:55

Il y a "A fini écrasé.", ça doit être ça... rien à voir avec "Ecrase !", en effet.

La IsabelLa Isabel    Петак, 03/07/2020 - 12:02

Ce n'est pas la première fois que je remarque cela :
Par exemple, dans les Tournesols de Ferrat, il dit : c'est dans ta gueule hallucinante qu'ils ont placé leurs capitaux...
Et je me suis retrouvée avec un lien, sur la page de ma traduction, sur "l'expression idiomatique" : "ta gueule". !....qui est le même style d'insulte que : "Ecrase"!
Cela me met très en colère, car ce genre de stupidité gâche toute poésie !

psqpsq    Петак, 03/07/2020 - 12:10

Il doit y avoir un petit esprit malin qui détourne les mots pour mieux les distordre dans un sens vaseux. C'est peut-être un algorithme programmé par un geek amateur de raps gores.

silencedsilenced    Петак, 03/07/2020 - 12:20

C'est fait automatiquement. Le système essaye de repérer les expressions idiomatiques en se servant de la base de données du site.
https://lyricstranslate.com/en/%C3%A9crase
Les exemples sont plutôt amusants si on remplace "écrase" par "ta g..." Regular smile

C'était malencontreux de rentrer ce mot dans la base de données, surtout que par définition un mot unique ne peut pas être une expression idiomatique.
On pourrait suggérer une amélioration, comme de purger la base de toutes les entrées qui ne comportent qu'un seul mot.
Il y a aussi une quantité de choses qui n'ont rien d'un idiome, des fausses équivalences et des explications farfelues. Mais c'est très difficile de la maintenir dans un état cohérent. Elle rend quand même bien service malgré quelques ratés.

La IsabelLa Isabel    Петак, 03/07/2020 - 13:08

Alors, c'est absolument stupide....pour restée polie.....et ne pas rentrer dans le champs lexical ....de l'algorithme ! :-))

En tout cas, merci d'avoir éclairée ma lanterne.....tiens ! une vrai expression ! :-))

Et pardon à Hubert Clolus, pour avoir mis mon "grain de sel" sur la page de ce poème !

Read about music throughout history